SPO-ROUGE-OR-MCGILL

Crédit : DANIEL MALLARD/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI

Football universitaire RSEQ

Les universités repoussent leur décision

Publié | Mis à jour

À l’instar du premier ministre François Legault, qui avait autorisé, vendredi, le retour du sport scolaire le 14 septembre si la rentrée se passait bien, les dirigeants universitaires et collégiaux ont décidé, lundi, de repousser à la même date l’éventuel début de la saison des sports d’automne.

Dans une rencontre virtuelle de trois heures, les directeurs sportifs des universités québécoises n’ont pas voulu se prononcer sur le début ou l’annulation de la saison. 

«Après une longue discussion, il n’y a pas eu de vote oui ou non», a mentionné le PDG du RSEQ, Gustave Roel. «Les recteurs sont préoccupés par la rentrée scolaire. Étant donné que la rentrée ne se fait pas à la même date pour tout le monde, ce délai permettra une bonne période d’évaluation. Si la rentrée se passe bien, ça va faciliter la décision. Même chose s’il y a plusieurs éclosions. Les recteurs vont se rencontrer dans les prochains jours. Vaut mieux apprendre que la décision sera prise plus tard qu’il n’y aura pas de saison.»

«Même si on n’a reçu aucune confirmation par écrit des institutions, tout le monde veut jouer, de poursuivre Roel, mais comment on met ça en action? Comment on peut jouer le plus vite possible de façon sécuritaire? La décision d’aujourd’hui [lundi] est cohérente avec la directive du premier ministre de vendredi dernier, qui veut s’assurer d’une rentrée sécuritaire. Les institutions auront deux semaines pour établir les paramètres d’un retour au jeu. C’est clair que le football ne peut pas dépasser la date du 14 septembre. C’est déjà très limite. Nous étions déjà dans la planification d’un calendrier modifié, mais on gagne deux semaines puisqu’il n’y aura pas de finalité canadienne.»

Camps d’entraînement

Si les joueurs universitaires et collégiaux peuvent poursuivre l’entraînement contrairement aux joueurs du réseau scolaire, qui doivent respecter la directive du ministre de l’Éducation, la question des camps d’entraînement n’a pas été abordée.

«Parce que nous n’avons pas de date de début de saison, on n’a pas discuté cet aspect», a indiqué la directrice du Service des activités sportives de l’Université Laval, Julie Dionne. «La règle de U SPORTS pour le football stipule que les camps d’entraînement peuvent s’amorcer 14 jours avant le début de la saison. On comprend très bien l’enjeu de la température en fin de saison, mais il y a des enjeux qui ne nous permettent pas de nous prononcer sur le début des camps. C’est plus complexe que ça laisse présager. Ce n’est pas seulement une question de sport. C’est peut-être encore réaliste d’avoir une saison, mais il y a plusieurs éléments qui ne sont pas attachés.»