FBN-SPO-SUPER-BOWL-LIV---SAN-FRANCISCO-49ERS-V-KANSAS-CITY-CHIEF

Crédit : AFP

NFL

Pools NFL: les meilleurs et les pires quarts-arrières

Publié | Mis à jour

Avec les repêchages des pools de football de la NFL qui approchent à grands pas, l’Agence QMI s’est penchée sur les joueurs à choisir et ceux à éviter.

En ce début de semaine, nous examinons les quarts-arrières.

Les cinq meilleures options

Patrick Mahomes, Chiefs de Kansas City

Rares sont les quarts qui méritent d’être choisis en première ronde. Patrick Mahomes est toutefois l’une des rares exceptions à la règle.

Celui-ci qui vient de parapher un contrat d’une valeur de plus d’un demi-milliard voudra démontrer qu’il vaut chaque dollar investi en lui.

Malgré une blessure qui lui a fait rater deux matchs la saison dernière, Mahomes a été très productif, récoltant notamment 26 passes de touché. Comme il n’y a pas eu de matchs préparatoires en 2020, les défensives risquent de n’être pas à point en début de saison. Si un quart-arrière peut en tirer profit, c’est bien Mahomes.

Lamar Jackson, Ravens de Baltimore

En 2019, Lamar Jackson a été le deuxième joueur le plus payant dans un pool, lui qui a réalisé neuf performances de 28 points ou plus.

À sa troisième année dans le circuit Goodell, le jeune homme pourrait connaître une petite baisse de régime, considérant que ses adversaires ont plus de matériel à étudier pour le contrer. Il est toutefois bien difficile d’arrêter un quart-arrière aussi dangereux avec son bras et ses jambes. D’ailleurs, il n’est pas fou de croire que Jackson récoltera au moins 12 majeurs sur des courses en 2020.

Dak Prescott, Cowboys de Dallas

Depuis qu’il joue dans la NFL, Dak Prescott est l’un des pivots les plus payants pour les amateurs de pools.

Il réalise des performances aussi bonnes sinon meilleures que des quarts comme Drew Brees ou le Cam Newton des belles années.

Prescott devrait encore être meilleur cette saison, et ce, pour deux raisons. Premièrement, il compte maintenant sur une cible de choix en CeeDee Lamb. Deuxièmement, il évoluera sous les ordres de l’entraîneur-chef Mike McCarthy. Ce dernier a permis à Aaron Rodgers d’amasser beaucoup de points pour les détenteurs de ses droits lorsque les deux hommes travaillaient ensemble chez les Packers de Green Bay.

Josh Allen, Bills de Buffalo

En 2020, les Bills ont affirmé qu’ils voulaient être une équipe de possession de ballon. Une composante qui servira assurément Josh Allen.

Ce dernier est un bon passeur, mais c’est sa capacité de courir avec le ballon qui est intéressante pour les poolers. L’an passé, il a inscrit environ 36 % de ses points lorsqu’il franchissait le terrain avec le ballon en main.

Russell Wilson, Seahawks de Seattle

Le plus grand argument des détracteurs de Russell Wilson est qu’il ne lance pas assez le ballon. Pourtant, il a terminé parmi les meilleurs quarts-arrière pour les pools lors de quatre des six dernières saisons.

Il a également lancé un minimum de 31 passes de touché quatre fois dans les cinq plus récentes années. Ces deux arguments devraient suffire pour convaincre les puristes.

Cinq quarts à éviter

Mitchell Trubisky, Bears de Chicago

Après sa saison 2018, tous les espoirs étaient permis pour Mitchell Trubisky. Il a amèrement déçu en 2019 et il est sur le point de perdre son poste de partant au profit de Nick Foles. Il faut absolument l’éviter.

Aaron Rodgers, Packers de Green Bay

À 36 ans, Aaron Rodgers ne rajeunit pas. Déjà en déclin l’an passé, le pivot n’améliorera pas ses statistiques avec les piètres receveurs de passes qu’il a sous la main. Sa ligne à l’attaque n’est pas très bonne non plus. Bref, voici un cocktail qui ne peut que tourner au vinaigre.

Jared Goff, Rams de Los Angeles

Jared Goff a déçu bien des poolers en 2019 et continuera de le faire en 2020. L’athlète de 25 ans dirigera une attaque en transition qui a perdu des éléments comme Brandin Cooks et Todd Gurley.

Sam Darnold, Jets de New York

L’attaque des Jets est plutôt moribonde et Sam Darnold n’a pas beaucoup de joueurs de talent pour l’appuyer. La bonne nouvelle, c’est qu’il ne pourra pas attraper la mononucléose pour une deuxième saison consécutive.

Daniel Jones, Giants de New York

Pour sa deuxième année dans la NFL, Daniel Jones devra composer avec l’approche conservatrice du coordonnateur à l’attaque Jason Garrett. Il a fort à parier que le porteur de ballon Saquon Barkley aura très souvent le ballon entre les mains.