Crédit : CAPTURE D'ÉCRAN/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

LNH

«Nous sommes coincés...»

Publié | Mis à jour

Le plafond salarial de la Ligue nationale de hockey (LNH) restera identique pour la prochaine saison en raison des pertes financières causées par la pandémie de COVID-19, ce qui compliquera le travail des directeurs généraux.

C’est du moins l’avis du DG des Oilers d’Edmonton Ken Holland, qui croit que 20 à 25 équipes devront faire preuve de créativité pour s’améliorer puisqu’elles ne disposent pas d’assez de marge sous le plafond pour tenter de faire de grosses prises sur le marché des joueurs autonomes.  

Compliqué chez les Oilers  

Holland compte 16 contrats valides pour la campagne 2020-2021 parmi les joueurs qui étaient dans la formation du club lors des récentes séries éliminatoires avec environ 10 millions $ pour compléter le groupe. 

La solution pourrait donc venir de l’intérieur.

«Une partie de l'amélioration se passera à l’interne, a-t-il fait valoir dans une entrevue avec le site The Athletic, samedi. Tout le monde regarde à l'extérieur. 

«Eh bien, nous avons un plafond fixe. Vais-je essayer de faire quelques transactions? Oui. Je vais prendre le téléphone et voir ce que nous pouvons faire pour être un peu meilleurs. 

«Mais une partie de notre amélioration doit être la suivante: Ethan Bear peut-il revenir et poursuivre comme il a fait l'année dernière? Caleb Jones peut-il faire ça? Kailer Yamamoto peut-il faire ça? Y a-t-il des jeunes qui vont arriver et pousser?»

«Les Oilers de 2020-2021 ne reposeront pas seulement sur la possibilité de faire de gros échanges ou de dépenser sur le marché. Nous n'avons pas une tonne d'espace sous le plafond. La plupart des équipes n’en ont pas.»

Un piège  

Avant l’interruption des activités, le circuit Bettman estimait que le plafond allait grimper pour atteindre un montant entre 84 et 88,2 millions $. 

À la date limite des transactions, les DG s’étaient donc préparés en conséquence. 

Or, plusieurs pourraient avoir beaucoup de difficulté à conserver tous leurs atouts.

«Si vous y allez à mi-chemin à 86 millions $, il y a une grande différence entre 81,5 millions et 86 millions $. C’est un joueur de 4,5 millions $ par année. 

«Je ne dirais pas que ça affecte toutes les équipes, mais ça affecte probablement 20 à 25 équipes.»

Crédit photo : AFP

La priorité de Holland  

Holland devra notamment ajouter un gardien pour épauler Mikko Koskinen. 

Le défenseur Ethan Bear deviendra pour sa part joueur autonome avec restriction au terme des éliminatoires.

«Le plafond est fixe. Nous sommes coincés. Beaucoup d’équipes le sont, a répété le DG. Qu’est-ce que ça signifie? Je ne pense pas que qui que ce soit le sache. 

«Plutôt que de rapidement faire signer cinq de nos joueurs et dire: "bien, nous avons terminé", je préfère avoir le plus de flexibilité possible dans un mois.»

«Je dois juste prendre un peu de temps pour évaluer et m'assurer que c'est dans l'intérêt de notre équipe», a-t-il conclu.