Séries 2020 de la LNH

L’importance de la «conversation»

Publié | Mis à jour

Le mouvement de boycott massif dans le monde du sport professionnel nord-américain, depuis deux jours, afin de protester contre la brutalité policière à l’endroit des Noirs, a un objectif premier : entamer, ou poursuivre la «conversation» sur ce sujet délicat.

Évidemment, arrêter de jouer des matchs pendant quelques jours ne suffira pas à rétablir la situation. Mais les athlètes, ainsi que les équipes et les ligues tiennent à envoyer un message clair à la population et aux décideurs à la suite des événements impliquant Jacob Blake, un citoyen noir qui a été victime de violence policière dans le Wisconsin, dimanche.

«Je pense que c'est un problème qui est plus aux États-Unis, mais le racisme et l'injustice sociale, c'est complexe et c'est ce qui rend tout ça difficile à discuter, et ce n'est pas tout le monde qui comprend ça», a expliqué l’attaquant du Lightning Mathieu Joseph, jeudi, à TVA Sports.

«C'est difficile de se mettre dans les souliers de quelqu'un d'autre et d'essayer de vivre ça, a ajouté le Québécois de 23 ans. Le fait que ce soit complexe (...) qu'on ait été capables d'en parler aujourd'hui, c'est un grand pas en avant.»

Joseph est aussi revenu sur la décision des joueurs, puis de la LNH de ne pas tenir de matchs jeudi et vendredi en soutien à la cause.

«Ça a commencé lorsqu'on s'est parlé en équipe, hier, de ce qui se passait dans le monde, que c'était important qu'on en parle», a-t-il raconté.

«Aujourd'hui on a eu un meeting, les équipes ensemble, et on a essayé de savoir ce qui serait le mieux pour la ligue, a ajouté Joseph. Ça a été une grosse journée, on s'est parlé, je pense qu'il y a eu beaucoup de support de tout le monde, c'est le fun de voir qu'il y a autant d'équipes qui embarquent là-dedans.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.