Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Boxe

«Je boycotterais mon combat» –Jean Pascal

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Jean Pascal aurait été prêt à annuler un combat de championnat du monde pour être solidaire avec les athlètes des ligues professionnelles qui ont boycotté leurs matchs dans les derniers jours.

«Je suis très solidaire avec mes voisins du sud, a expliqué Pascal au Journal de Montréal. Je crois que le geste posé par les joueurs de la NBA est une bonne chose. Ils veulent faire bouger les choses.

«C’est un geste économique. Pour faire mal aux gens concernés par cette situation, il faut frapper là où ça fait mal.

«Pour ma part, si j’étais en camp d’entraînement ou à quelques jours d’un combat de championnat du monde, je le boycotterais.»

La cause du Black Lives Matter lui tient à cœur. Il avait participé à la marche qui avait réuni plusieurs milliers de personnes au centre-ville de Montréal, en juin dernier.

«Rendu où je suis, il ne faut pas que je pense seulement à ma personne, a ajouté le champion du monde WBA régulier des mi-lourds. Il faut que je pense à la société et à ma communauté pour faire avancer la cause. J’ai le pouvoir de le faire et c’est la moindre des choses de rendre service à la communauté.»

Et la LCF ?

Comme on le sait, la Ligue canadienne de football a annulé sa saison 2020 dans les derniers jours. Est-ce que les joueurs auraient joint le mouvement de solidarité?

«Je crois que oui, affirme l’ailier défensif des Alouettes, Jean-Samuel Blanc. Sur le plan financier, on n’est pas dans la même situation que les autres ligues professionnelles.

«Ça serait plus facile de manifester pour les vétérans que pour les recrues qui reçoivent le salaire minimum. Elles ont une famille à nourrir.»

Quant à ce qui se passe aux États-Unis, Blanc croit qu’il y a encore du travail à faire pour obtenir une égalité entre les races.

«On est en 2020 et on n’est plus en 1840, précise-t-il. De voir des athlètes boycotter les matchs de leur ligue, c’est bien, mais il faut plus que cela. Il faut pouvoir atteindre les dirigeants parce que c’est eux qui peuvent avoir un impact sur les décisions qui sont prises.»