Crédit : AFP

Impact de Montréal

Une victoire rassurante

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Si l’Impact ne s’est pas montré rassurant lors du tournoi de reprise de la MLS à Orlando, il l’a été beaucoup plus à son premier match au stade Saputo en 2020, mardi soir.

La troupe de Thierry Henry a joué avec passablement d’aplomb face à des Whitecaps de Vancouver qui, avouons-le, semblaient démunis et à court d’énergie.

La machine a mis un quart d’heure à se mettre en marche, mais une fois lancée, elle a négocié cette rencontre avec une assurance que l’on n’avait pas vue depuis les matchs de la Ligue des champions, en tout début d’année.

Le défi sera maintenant de maintenir le cap, surtout que le Bleu-blanc-noir disputera ses trois prochaines rencontres face au Toronto FC, dont la première aura lieu vendredi au stade Saputo.

Confiance

D’ailleurs, Samuel Piette a abordé cette courte série de trois matchs face aux «Reds» au terme de la victoire de 2 à 0 contre les Whitecaps.

«Toronto vient de battre Vancouver deux fois, c’est sûr que ça leur donne beaucoup de confiance», a-t-il avancé en ajoutant que le fait de jouer à domicile pourrait être un avantage pour l’Impact.

«Être ici à la maison, malgré les circonstances particulières, ça fait une bonne différence.»

On s’en doute, en affrontant un rival aussi acrimonieux trois fois en moins de deux semaines, on risque de voir des flammèches.

«Chaque fois qu’on joue contre Toronto, c’est toujours un match où tout peut se passer parce qu’il y a beaucoup d’émotions», a expliqué le milieu de terrain.

Transformé

Pour en revenir à la rencontre de mardi, on ne peut passer sous silence le travail de Romell Quioto, qui a été imposant.

On est bien loin du joueur qui, en raison de problèmes non reliés au soccer, a été écarté de la formation du Dynamo de Houston pendant la deuxième moitié de la saison 2019.

Le Hondurien affiche un comportement exemplaire, selon les dires de Thierry Henry, et on n’a pas de raison d’en douter.

Il est rapide, dérangeant pour les arrières adverses, il prend de la place dans la surface et se trouve souvent au bon endroit, au bon moment.

Quioto a déjà inscrit trois buts en seulement six rencontres de la MLS en 2020. L’an passé, il avait marqué deux fois en 18 matchs.

Le joueur de 29 ans propose un profil qu’on a peu vu chez l’Impact. Il est costaud, puissant et frondeur, ce qui le rend très efficace pour déranger l’adversaire.

Lassi en forme

Lassi Lappalainen a lui aussi brillé dans ce match et c’est tant mieux parce qu’il revient de loin, le jeune Finlandais.

Le pauvre est embêté par des blessures depuis presque un an et n’a pas réussi à trouver sa vitesse de croisière.

Lappalainen n’avait joué que 19 minutes en deux rencontres avant d’être partant contre les Whitecaps et il a montré qu’il est en forme.

Son but, il l’a marqué sur une passe brillante d’Emanuel Maciel, mais surtout parce qu’il a bien utilisé sa très grande rapidité pour se moquer d’un défenseur adverse et, comme l’a noté Henry, il ne rate pas souvent son coup quand il se présente devant le but.

On a surtout remarqué sa grande capacité de ralentir le jeu quand il contrôle le ballon. Mardi soir, il a aussi été très efficace dans ses courses en jouant continuellement sur la ligne du hors-jeu et c’est ainsi qu’il peut exploiter sa vitesse au maximum.

Ailleurs en milieu de terrain, Maciel a effectué un second départ et il a été aussi efficace que lors de sa première présence. Il a déjà l’aplomb d’un vétéran. Quant à Victor Wanyama, c’est une très belle prise d’Olivier Renard puisqu’il s’impose comme un roc en milieu de terrain et fait grandir tout le monde autour de lui d’un pouce ou deux.

Expérience réussie

Un mot sur la présence de 250 spectateurs dans les gradins. C’était nettement mieux que d’assister à un match devant des gradins vides. Mais on suggère à l’Impact de laisser de côté les bruits de foule en canne diffusés dans les haut-parleurs.

Kevin Gilmore le mentionnait la semaine dernière, il aimerait pouvoir accueillir plus de gens, mais même si le club avait eu cette possibilité, l’affluence aurait sans doute été limitée lors de la première rencontre.

Cette première expérience a été réussie et a permis de voir que 250 personnes dans un stade de presque 20 000 places, c’est bien peu.

Ça va venir en temps et lieu, mais il y a certainement moyen d’accueillir quelques centaines de spectateurs de plus tout en respectant les consignes sanitaires. Du moins, on le souhaite.