Crédit : AFP

NBA

Mouvement de boycott massif dans le monde du sport

Publié | Mis à jour

Alors que cinq équipes ont décidé de boycotter leurs matchs mercredi pour dénoncer la récente intervention policière à l’endroit de l’Afro-américain Jacob Blake, la NBA a finalement reporté les trois rencontres éliminatoires qui étaient prévues dans la journée.

MISE À JOUR : Le réseau ESPN rapportait jeudi matin qu'une rencontre d'urgence des gouverneurs de la ligue est prévue en matinée.

Les Bucks de Milwaukee ont été les premiers à passer à l’acte, alors qu’ils devaient affronter le Magic d’Orlando à 16h dans le cadre du cinquième match de leur série de premier tour.    

Les joueurs des Bucks ne se sont pas présentés sur le parquet pour le début de la partie. Pour leur part, les joueurs du Magic ont quitté le terrain alors qu’il restait moins de quatre minutes avant le début de la rencontre.

«Nous sommes fatigués des assassinats et de l’injustice», a lancé le meneur des Bucks George Hill à ESPN.

Peu après, les joueurs des Rockets de Houston et du Thunder d’Oklahoma City ont laissé savoir qu’ils ne disputeraient pas leur match de premier tour prévu en début de soirée, a rapporté The Athletic.

Les Lakers de Los Angeles et les Trail Blazers de Portland, qui devaient s’affronter à 21h, avaient également décidé de ne pas jouer avant que la NBA suspende ses activités.

«Certaines choses sont plus grandes que le basketball, a écrit le vice-président senior des Bucks, Alex Lasry, sur son compte Twitter. La position prise aujourd’hui par les joueurs (et par l’organisation) montre que nous en avons assez. Ça suffit. Il doit y avoir des changements. Je suis extrêmement fier des joueurs, nous sommes 100% derrière eux, prêts à les soutenir.»

Les Raptors au cœur de la lutte    

D’autres équipes de la NBA, dont les Raptors de Toronto et les Celtics de Boston, songent également au boycottage de matchs en réaction aux événements impliquant Jacob Blake, un Afro-américain qui a été atteint par balle sept fois par un policier, dimanche à Kenosha, au Wisconsin.

Deux personnes ont été tuées mardi à Kenosha lors de manifestations pour dénoncer cette intervention policière particulièrement brutale.

Les joueurs de la NBA sont très actifs pour démontrer leur solidarité envers le mouvement Black Lives Matter depuis le début de la reprise des activités, à Orlando, qui est survenue peu après la mort de George Floyd lors d’une violente intervention policière.

Certains joueurs, dont Norman Powell et Pascal Siakam des Raptors, estiment que de poser le genou au sol pendant les hymnes nationaux n’est probablement pas suffisant pour susciter les changements et contribuer à la cause.

«Nous sommes venus ici pour une raison, pour utiliser notre plateforme, a lancé Siakam. Nous voulions envoyer un message et nous espérions éveiller les consciences et susciter le changement. Mais c’est comme si on est pris. On ne fait rien de productif... ça fait mal.»

«Ils veulent faire partie d'une solution, ils veulent aider, ils veulent la justice, a témoigné l’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse. Le boycottage est une façon pour eux d'exiger un peu plus d'action, et je pense que c'est vraiment ce qu'ils veulent. Je pense qu'il y a suffisamment d'attention et qu'il n'y a pas assez d'action.»

Certains joueurs songeraient même à quitter la bulle de la NBA pour pouvoir faire bouger les choses davantage. «J’ai entendu certains gars dire qu’ils pensaient rentrer à la maison. Je ne sais pas si c’est toute l’équipe qui en discute», a indiqué Nurse à ESPN.

Des équipes du baseball majeur suivent l’exemple   

Après que cinq équipes de la NBA eurent décidé de boycotter leurs matchs de mercredi pour dénoncer l’intervention policière brutale qu’a subie l’Afro-américain Jacob Blake, dimanche dernier, à Kenosha, dans le Wisconsin, plusieurs formations du baseball majeur ont choisi d’emboîter le pas.

Ce sont les Brewers de Milwaukee qui ont lancé le bal dans la MLB, à l’instar des Bucks de Milwaukee dans la NBA.

Les Brewers et les Reds devaient s’affronter au Miller Park, à Milwaukee, mercredi soir, pour le troisième match d’une série de quatre. La rencontre a été repoussée à jeudi.

Selon «The Wall Street Journal», les Reds étaient d’accord avec la décision des Brewers de ne pas jouer et de suivre le mouvement de boycott amorcé en après-midi dans la NBA, qui a dû suspendre ses activités pour la journée.

«Compte tenu de la souffrance de notre communauté et de notre nation, notre équipe et celle des Reds veulent que tout le focus soit mis sur des enjeux qui sont beaucoup plus importants que le baseball», a indiqué le représentant des Brewers, Brent Suter, au «Milwaukee Journal Sentinel».

Peu après la décision des Brewers et des Reds, les Padres de San Diego et les Mariners de Seattle ont également choisi de ne pas jouer. Le match entre les Giants de San Francisco et les Dodgers de Los Angeles a aussi été remis suivant la décision des joueurs.

«Les athlètes ne devraient pas avoir besoin de boycotter des matchs éliminatoires pour nous rappeler que Black Lives Matter, que la brutalité policière est inacceptable et que le racisme systématique doit être éliminé», a lancé le gérant des Giants Gabe Kapler dont les propos ont été rapportés par USA Today.

De son côté, Matt Kemp, des Rockies du Colorado, a choisi de ne pas disputer le match contre les Diamondbacks de l’Arizona. «Je ne peux pas jouer ce jeu que j’aime tant ce soir tout en sachant la douleur et l’angoisse que continue de vivre ma communauté. Je vais boycotter le match de ce soir en l’honneur de tous mes frères et sœurs qui sont tombés aux mains des policiers», a rapporté USA Today.

L'ATP et la WTA emboîtent le pas 

Au tennis, la Japonaise Naomi Osaka a décidé elle aussi de faire l'impasse sur sa demi-finale du tournoi Western and Southern qui devait avoir lieu jeudi matin, à New York.

Et plus tard en soirée, l'ATP et la WTA ont décidé de reporter tous les matchs prévus au cours de la journée.

Les demi-finales masculines et féminines auront donc lieu vendredi.