Crédit : AFP

Baseball - MLB

Toro veut saisir sa chance

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

La blessure d’Alex Bregman, qui ratera les trois prochaines semaines d’activités en raison d’une blessure, ouvre une porte intéressante à Abraham Toro. Le Québécois a l’intention de profiter de cette opportunité au maximum.

Depuis le début de la saison 2020, Toro était surtout utilisé comme réserviste par le gérant Dusty Baker. Il campait souvent les rôles de frappeur ou de coureur suppléant dans les situations de fin de match.

• À lire aussi: «Je ne pense pas que ce sera tout pour nous» - Dubas

• À lire aussi: Une grève des Raptors en pleines séries?

En l’absence de Bregman, il pourra obtenir des départs au troisième but, sa position fétiche à l’avant-champ. De plus, il pourra avoir des présences régulières au bâton. Une promotion en or pour le joueur de 23 ans.

«Depuis le début de la saison, je tentais de demeurer prêt, peu importe, si je jouais ou pas, a souligné Abraham Toro lors d’une vidéoconférence. J’ai maintenant une chance de me faire valoir et c’est à moi de la saisir.»

«C’est à moi de bien jouer afin de demeurer dans l’alignement.»

En 53 apparitions à la plaque, Toro a maintenu une maigre moyenne de ,132 avec deux circuits et six points produits. Le principal intéressé est confiant que son rendement s’améliorera en occupant un poste régulier pendant quelques semaines.

«J’ai discuté de ma situation avec nos instructeurs des frappeurs (Alex Cintron et Troy Snitker), a expliqué le joueur d’avant-champ. Ils m’ont fait réaliser que je faisais la même routine que si je jouais sur une base quotidienne. Or, ce n’était pas le cas.

«J’ai réalisé que j’aurais dû modifier ma routine en raison de mon utilisation sporadique. C’est là-dessus que je travaillais avant la blessure à Bregman.»

Un conseil de Baker

En étant utilisé de façon occasionnelle, Toro estime qu’il est facile de perdre son rythme au bâton surtout dans les majeures.

«Je crois que c’est la principale cause de mes déboires, a-t-il ajouté. Quand ça fait une semaine que tu n’as pas affronté des lanceurs qui lancent des balles à 95 mph et plus, c’est plus difficile d’avoir du succès.»

Son gérant Dusty Baker ne lui met pas de pression pour le moment. Il agit plutôt en bon père de famille avec Toro. Il lui a donné un conseil simple.

«Il m’a demandé de demeurer patient au bâton et d’essayer de forcer le lanceur adverse à m’envoyer le lancer que je souhaite. C’est logique, mais c’est plus facile à dire qu’à faire.»

«Dusty ne veut pas qu’on se préoccupe des meilleurs tirs du lanceur adverse.»

Une question d’ajustements

La saison 2020 du baseball majeur est particulière à tous les points de vue. Les matchs sont joués à huis clos, mais les équipes ne sont pas confinées dans des bulles comme au hockey ou au basketball.

«C’est une question d’ajustements surtout, a expliqué Toro. Lorsque tu arrives au terrain, tu dois être prêt à tous les imprévus possibles.»

«C’est plus facile d’être discipliné lorsqu’on joue à domicile. Par contre, c’est plus difficile lorsqu’on est sur la route. Tu vas dans de belles villes comme Los Angeles et tu ne peux pas sortir.»

«Les Astros font bien les choses parce qu’ils nous réservent des salles dans les hôtels. Tu peux côtoyer les autres joueurs en prenant un repas. Mais on ne peut pas être là tous en même temps.»

Les joueurs de la formation texane sont bien conscients des risques liés à la COVID-19. Ils ne veulent surtout pas qu’une situation similaire à celle des Marlins de Miami éclate au sein de leur formation.

«Lorsque c’est arrivé, on a eu une rencontre d’équipe préventive. Ce n’est pas juste ta carrière qui est concernée, mais tu peux mettre celle des autres en péril. Tu veux être un bon coéquipier.»