Canadiens de Montréal

«Suzuki est un jeune homme poli, mais...»

Publié | Mis à jour

Occupant le 24e rang du classement général avant la pause, les Canadiens semblaient destinés, en toute logique, à être écartés des séries éliminatoires. 

Mais la COVID-19 a tout changé. En juillet dernier, la Ligue nationale de hockey a décidé d’organiser sa relance en impliquant... 24 équipes, dont le CH! 

Voyez l'intervention de Dave Morissette à l'émission «Salut, Bonjour!» dans la vidéo ci-dessus.

Inutile de rappeler à quel point les attentes, à ce moment, n’étaient pas élevées vis-à-vis le parcours éliminatoire du Tricolore. 

Mais Montréal, grâce à l’émergence de ses jeunes, au brio de ses défenseurs et à la tenue sensationnelle de son gardien, a confondu les sceptiques. 

Après une éclatante victoire contre les Penguins en ronde qualificative, les hommes de Claude Julien (et Kirk Muller!) ont ensuite donné beaucoup de fil à retordre aux Flyers au premier tour. 

Malgré une défaite en six matchs, beaucoup sont d’avis que la troupe montréalaise aurait mérité une septième partie... et même la victoire contre Philadelphie! 

En entrevue à l’émission «Salut, Bonjour!», l’animateur de TVA Sports Dave Morissette est revenu sur le beau parcours éliminatoire du CH. 

«Les Canadiens qu’on a vus en séries, ce n’est pas du tout la même équipe qu’on a suivi en saison régulière», a d’abord lancé Morissette. 

«Le CH est allé à la guerre et c’est vraiment ce que je voulais voir : une équipe qui se défonce.»

Des fleurs à Price 

S’il y a un joueur qui mérite de recevoir sa part de compliments, insiste Dave, c’est bien Carey Price. 

En dix matchs éliminatoires, le portier du Bleu-blanc-rouge a présenté des statistiques qui parlent d’elles-mêmes : un moyenne de buts alloués de 1,78, un pourcentage d’arrêts de ,936 et deux jeux blancs. 

«C’est le joueur des séries. Depuis l’arrivée de l’équipe à Toronto, il a été extrêmement dominant. Carey a été inspirant et si ce n’était pas de lui, le Tricolore n’aurait pas battu les Penguins de Pittsburgh. 

Comblé par les jeunes 

Dave Morissette a aussi été ébloui par les performances des jeunes Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi. 

Les deux pivots ont, tout au long de ce parcours éliminatoire, démontré qu’ils pouvaient prendre l’équipe en main lors des situations critiques. 

Suzuki a terminé les séries avec sept points en 10 matchs, alors que «KK», lui, a inscrit 4 buts. 

«Ils ont été deux des joueurs les plus dominants de l’équipe. Suzuki, par exemple, a marqué deux buts hier dans un match d’une extrême importance. Il a été utilisé contre les meilleurs joueurs des Flyers. Il n’a que 21 ans! Le gars, c’est un vrai! J’aime son arrogance et sa confiance sur la patinoire. C’est un jeune homme poli, mais sur la patinoire, c’est complètement différent.» 

Mission accomplie, Kirk! 

Le coloré animateur a aussi vanté les mérites de Kirk Muller, qui a dû, à pied levé, remplacer Claude Julien en tant qu’entraîneur-chef après le 1er match de la série.  

«Bravo à Kirk, honnêtement! Ce n’est pas facile d’arriver au beau milieu des séries et de prendre les rennes d’une équipe professionnelle. Mais il a osé. Il a cloué au banc certains joueurs, et en a fait jouer d’autres qui le méritaient. Kirk Muller est allé chercher le meilleur de sa troupe.»