Bilan Canadiens

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens de Montréal

«On veut améliorer cette position»

Publié | Mis à jour

Carey Price reste la pierre angulaire du Canadien. Même à 33 ans. Il reste aussi le joueur le mieux rémunéré avec un salaire moyen de 10,5 millions jusqu’à la fin de la saison 2025-2026.

Price a joué comme le Price des beaux jours face aux Penguins de Pittsburgh et aux Flyers de Philadelphie. Le gardien originaire d’Anahim Lake a terminé les séries avec un dossier de cinq victoires et cinq revers, mais surtout avec une microscopique moyenne de 1,78 et un taux d’efficacité de ,936.

Dans son bilan de fin de saison, Marc Bergevin a encore une fois réitéré sa foi envers le noyau fort de son équipe, soit Price et Shea Weber. Un noyau tout de même vieillissant à 33 et 35 ans.

«Comme organisation, on a toujours cru en Weber et Price, a dit le DG du CH. Ils sont des meneurs, ils montrent une culture à l’organisation pour plusieurs années. J’irai un peu plus loin avec ça. Éventuellement, ils finiront par partir, mais ils ont apporté des valeurs à l’organisation et aux jeunes de l’équipe qui resteront pour toujours. Pour nous, c’est très important.»

Le repos

Pour maximiser la valeur de Price, le Tricolore aura besoin d’un gardien numéro deux de qualité. Keitk Kinkaid n’a jamais fait le travail cette saison. Bergevin a déjà coupé les ponts avec Kinkaid. Au sein de l’équipe, il y a deux gardiens qui pourraient se battre pour le poste de numéro deux : Charlie Lindgren et Cayden Primeau.

À 26 ans, Lindgren n’a pas encore démontré qu’il avait l’étoffe d’un second fiable dans la LNH. À 21 ans, Primeau a encore besoin de millage avec le Rocket de Laval et il gagnera plus à obtenir de nombreux départs. Bref, la solution ne se retrouve pas à l’interne.

Bergevin regardera attentivement le marché des joueurs autonomes ou des transactions afin de dénicher un adjoint d’expérience

«C’est une chose qu’on regardera de près, a mentionné Bergevin. On veut améliorer cette position, avec le numéro deux. Carey aura besoin de repos. On regardera ça très attentivement. C’est une position très importante pour l’organisation.»

«Il faut trouver un adjoint qui cadrera bien avec l’équipe, a poursuivi l’ancien défenseur. Carey n’est pas un joueur difficile, il s’entend bien avec ses adjoints. C’est juste qu’il faut trouver un gardien qui nous donnera des matchs et de bonnes minutes. Il devra aussi rentrer dans notre structure salariale.»

Un plus gros investissement ?

Historiquement, le Canadien a consenti un salaire assez modeste à son deuxième gardien. Il s’agit d’une logique comptable avec Price à 10,5 millions. Kinkaid gagnait 1,75 million avant de partir pour Laval au mois de décembre. Pour la saison 2018-2019, Antti Niemi touchait un salaire de 950 000$. Avant l’arrivée de Niemi, c’était Al Montoya. Il avait aussi un salaire de 950 000$ lors de la saison 2016-2017.

Questionné à savoir s’il investira un plus gros montant pour son deuxième gardien, Bergevin n’a pas réfuté cette hypothèse.

«Oui, si c’est le bon gars, a répliqué l’homme de 55 ans. Nous devons rester prudents. Mais si nous croyons que ce gardien pourrait nous aider, je regarderai ça attentivement.»