Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

«Ça aura un effet sur les joueurs...» - Patrick Roy

Publié | Mis à jour

Patrick Roy carburait à l’énergie de la foule lorsqu’il chaussait ses jambières de gardien de but. Devant ses partisans ou ceux des équipes adverses, l’atmosphère qui régnait dans un amphithéâtre pouvait souvent lui être salutaire.

Depuis qu’il se glisse derrière le banc dans la peau de l’entraîneur-chef, que ce soit tantôt avec les Remparts de Québec, tantôt avec l’Avalanche du Colorado, Roy a également toujours apprécié le soutien inconditionnel des amateurs en situation de match. 

Or, c’est sans spectateurs que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et ses Remparts amorceront la prochaine saison au début du mois d’octobre en raison de la pandémie de COVID-19. Les partisans devront se rabattre sur la webdiffusion, la télévision et les médias pour suivre leur équipe favorite. Une situation intrigante pour le membre du Temple de la renommée. 

«Il y a des joueurs qui carburent à l’intensité et à l’énergie que procurent les partisans, d’autres pour qui c’est l'inverse. Je suis convaincu que ça aura un effet sur certains joueurs, a observé Roy en visioconférence, mardi matin. 

«Quand je jouais, j’aimais l’ambiance des partisans et quand c’était bruyant dans l’amphithéâtre, que ce soit pour nous ou contre nous, c’était une source de motivation et ça nous permettrait de nous surpasser. C’est malheureux pour tout le monde, car ça change beaucoup les choses. Mais c’est ça, la vie. Il faut trouver une manière de s’adapter à cette situation.» 

Un style différent? 

Si Roy n’est pas du style à rester les bras croisés pendant les matchs, le grand patron des opérations hockey des Remparts se demande bien la manière avec laquelle il dirigera la circulation dans cet environnement particulier. 

«Je suis curieux de voir comment ça va se passer dans les premiers matchs et ce sera plus facile de répondre avec le temps, a-t-il répondu [...] J’aime penser quand on agit d’une façon, ça va continuer de la même façon. L’énergie va demeurer la même, et ce, même s’il va manquer quelque chose.» 

Quoi qu’il en soit, même s’il préférerait voir les amateurs se présenter en masse dans les amphithéâtres du circuit Courteau, Roy est ravi que le hockey junior redémarre. Les équipes amorceront leur camp le 30 août avec 34 joueurs. À Québec, les premiers entraînements sur glace auront lieu le lendemain. Il ne craint pas une perte d’intérêt de la part des partisans aux quatre coins de la LHJMQ. 

«J’ai l’impression l'inverse va se produire, a affirmé l’ancien gardien, persuadé que les joueurs afficheront une grande discipline à l’extérieur de l’aréna pour éviter des éclosions. 

«Si on avait fermé pour une longue période, on aurait peut-être été oublié [...] Il y aura période creuse pour le hockey [avant la fin de la LNH en octobre]. Avant la prochaine saison du hockey, ça va permettre d’avoir une bonne visibilité.» 

Finances 

Jadis copropriétaire des Remparts, qui appartiennent au groupe Québecor depuis 2014, Roy est par ailleurs bien placé pour parler des impacts financiers qu’aura une saison à huis clos alors que les clubs tirent la majorité de leurs revenus à la billetterie en temps normal. 

«Espérons qu’en deuxième moitié de saison, les choses pourront changer au niveau du coronavirus et ça permettra d’avoir plus de gens dans les amphithéâtres pour assister aux matchs en sécurité. Cela dit, les équipes auront besoin d’un coup de main du gouvernement ou d’ailleurs.»