Crédit : AFP

Vincent Destouches

Le plan du retour au jeu de l'Impact

Le plan du retour au jeu de l'Impact

Vincent Destouches

Publié 13 août
Mis à jour 13 août

La parenthèse « MLS est de retour » terminée, la saison régulière du circuit Garber va reprendre ses droits au Canada, après d’interminables tractations qui ont pris un tournant très politique lors des derniers jours.

Qu’importe, la MLS est bel et bien de retour, c’est maintenant officiel.

Le retour au jeu des clubs canadiens s’effectuera en deux temps. Pour l’instant, seuls les détails de la « Phase 1 » ont été dévoilés. Une phase qui contourne le problème posé par la frontière canado-américaine en temps de pandémie, puisque les trois clubs canadiens joueront uniquement les uns contre les autres jusqu’au 16 septembre.

Chaque équipe affrontera trois fois ses deux rivaux, pour un total de six matchs. Le calendrier montréalais se décline comme suit :

· Mardi 25 août à 20h : Montréal-Vancouver

· Vendredi 28 août à 20h : Montréal-Toronto

· Mardi 1er septembre à 20h : Toronto-Montréal

· Mercredi 9 septembre à 20h : Montréal-Toronto

· Dimanche 13 septembre à 21h30 : Vancouver-Montréal

· Mercredi 16 septembre à 21h30 : Vancouver-Montréal

Par deux fois, l’Impact devra gérer une séquence de trois matchs en une semaine. C’est un défi en soi. Physiquement, l’enchaînement de trois rencontres entre le 25 août et le 1er septembre risque de laisser des traces, d’autant que les hommes de Thierry Henry ont entrepris une nouvelle préparation physique après la quarantaine imposée au retour d’Orlando.

Jouer à trois reprises contre Toronto n’est pas non plus un cadeau en vue du classement, car plusieurs rivaux de l’Est auront des calendriers plus simples à gérer. Mais bon, l’année 2020 ne fait pas de cadeau, on le sait... Et puis, Montréal avait sorti sa meilleure prestation du tournoi « MLS est de retour » contre le TFC, justement. Mais avec une défaite au bout du compte...

L’avantage, cependant, est de recevoir deux fois le rival torontois, plutôt que d’avoir à se déplacer deux fois sur le terrain des Reds. À noter qu’à chaque rencontre entre Montréal et Toronto, l’équipe visiteuse fera l’aller-retour dans la journée, afin de minimiser les risques d’infection à la COVID-19. D’ailleurs, le protocole mis en place, notamment au niveau des tests, ressemble à celui qui a fait ses preuves lors du tournoi à Orlando.

En raison de la distance importante entre Montréal et Vancouver, l’Impact jouera deux fois consécutivement chez les Whitecaps pour clôturer le calendrier de cette phase 1. Pour s’y rendre comme pour en revenir, le Bleu-Blanc-Noir prendra un vol nolisé. 

Et la phase 2? 

Et qu’en est-il de la suite des choses, une fois la phase 1 complétée? Pour l’instant, mystère. Le dernier match aux États-Unis est programmé le 14 septembre, entre Dallas et Houston. Et au Canada, il s’agit donc de Vancouver-Montréal, le 16 septembre.

La MLS compte dévoiler le calendrier de la suite de la saison régulière début septembre. Il faudra avant cela déterminer comment les équipes canadiennes vont pouvoir se mêler aux clubs américains.

Selon mes informations, plusieurs scénarios sont à l’étude du côté de l’Impact. L’idéal serait évidemment de pouvoir jouer les matchs à domicile à Montréal, au Stade Saputo. Mais l’hypothèse de voir les clubs américains autorisés à venir jouer sur le sol canadien paraît peu probable, à l’heure actuelle.

Un scénario verrait les Montréalais demeurer au Québec, tout en faisant des aller-retours dans la journée pour aller jouer leurs matchs aux États-Unis. Les joueurs pourraient ainsi rester auprès de leurs familles au quotidien; puis, les jours de match, ils prendraient l’avion, se rendraient directement au stade pour la rencontre, puis retourneraient à l’aéroport dès le coup de sifflet final afin de reprendre l’avion en direction de Montréal. Dans ce scénario, l’Impact jouerait ses matchs à domicile au Red Bull Arena, à Harrison, au New Jersey.

Si cela n’est pas possible, un autre scénario, plus contraignant, verrait le club déménager ses opérations au New Jersey jusqu’à la fin de la saison régulière. Là encore, l’Impact jouerait ses matchs à domicile au Red Bull Arena.