LNH

«Jouer pour les Canadiens aurait été un honneur»

Publié | Mis à jour

Après plusieurs mois remplis de rebondissements, on connait maintenant l’identité de l’équipe qui aura l’opportunité de repêcher au tout premier rang lors du prochain encan de la LNH: les Rangers de New York. 

Le constat est quasi unanime. La formation new-yorkaise devrait, logiquement, jeter son dévolu sur le Québécois Alexis Lafrenière, qui n’a plus rien à prouver sur le plan des habiletés offensives. 

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, l'entrevue complète accordée par Alexis Lafrenière à l'équipe de TVA Sports.   

Le palmarès personnel de celui que l’on surnomme «Laffy» est tout simplement exceptionnel.

Recrue de l’année dans la Ligue canadienne de hockey (LCH) en 2018, joueur par excellence au Canada en 2019 et 2020, champion du monde junior et joueur par excellence du dernier Championnat mondial junior... Aussi bien dire que Lafrenière a remporté tout ce qu’il était possible de gagner lors des trois dernières années! 

En entrevue sur les ondes de TVA Sports dans le cadre de notre émission spéciale sur la loterie de la LNH, le Québécois a mentionné avoir été très heureux de voir le logo des Rangers sortir du boulier en premier. 

«L’attente a été très longue! Honnêtement, je suis très excité de savoir que ce sont les Rangers qui sélectionneront en premier. New York est une très belle ville. L’une des plus belles de la Ligue nationale de hockey, en fait. Je n’y suis jamais allé, mais ce serait un plaisir d’y jouer.

«Quant à l’équipe, on parle d’un groupe déjà très talentueux rempli de bons jeunes joueurs. Après tout, il s'agit de l’une des six équipes originales!», a d’abord lancé celui ayant récolté 112 points en 52 petits matchs la saison dernière avec l’Océanic de Rimouski. 

Que nous réserve Lafrenière dans la LNH?   

L’amateur de hockey moyen connaît très bien la façon de jouer de Lafrenière. 

Passeur hors du commun pouvant exécuter des jeux en espaces restreints à une vitesse ahurissante, le joueur natif de Saint-Eustache est également doté d’un lancer des ligues majeures (déjà!) et peut aussi s’impliquer physiquement lorsque la situation le demande. 

S’il y a parfois un monde entre ce que les joueurs peuvent faire au niveau junior et ce qu’ils parviennent finalement à offrir dans la LNH, Lafrenière, lui, n’a aucunement l’intention de ralentir la cadence. D’ailleurs, le joueur sur qui il dit prendre exemple a «plutôt» bien réussi dans le circuit Bettman. 

«J’ai toujours été inspiré par Patrick Kane. Je l’admire beaucoup. Dans la LNH, j’aimerais devenir un joueur offensif qui domine dans les deux sens de la patinoire. Je souhaite aussi amener une dimension physique à mon équipe.»

Des nerfs d’acier    

Lafrenière, et c’est ce qui retient souvent l’attention dans son cas, ne se distingue pas «seulement» par sa capacité à récolter des points avec une facilité déconcertante. 

On dit souvent de lui qu’il ne connaît pas la nervosité et qu’il se nourrit de la pression. Elle le rend meilleur, dit-on. 

Crédit photo : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Questionné à ce sujet, celui qui portait le no 11 à Rimouski a répondu ceci : 

«C’est sûr qu’être repêché au tout premier rang du repêchage de la LHJMQ a contribué à ce que les attentes soient élevées à mon endroit. Ça venait avec un peu de pression. Mais l’Océanic m’a beaucoup aidé à ce niveau-là. Ma carrière junior a passé très vite et j’ai un peu de misère à croire qu’elle soit déjà terminée.»

Un contexte particulier    

Évidemment, la pandémie de coronavirus a forcé la LNH à remodeler son horaire habituel. Ainsi, le repêchage devant initialement se tenir en juin a été repoussé en octobre prochain.

Le 26 juin dernier, le circuit Bettman a plutôt présenté une première loterie, finalement remportée par une «équipe mystère» (devenue les Rangers). Sur le moment, Lafrenière ne savait donc pas quelle formation détiendrait le premier choix, malgré toute l’attente vécue lors des mois précédents. 

«La première loterie a été très surprenante, je dois l’avouer. J’ai ensuite regardé la ronde qualificative. Les résultats des séries ont fait en sorte que plusieurs bonnes équipes ont finalement abouti dans le boulier. C’était très excitant.»

Avant le début de la ronde qualificative, plusieurs experts (99%, en fait!), favorisaient les Penguins dans le cadre de leur série face aux Canadiens. 

Si Pittsburgh était parvenu à triompher, Montréal aurait eu sa boule dans le boulier. Lafrenière, pendant tout ce processus, s’est-il imaginé dans un chandail du Tricolore? 

«J’ai regardé les Canadiens en grandissant. Ça aurait été très spécial. Je dirais même que ça aurait été un honneur. Mais peu importe l’équipe, ce sera vraiment spécial d’être repêché.»

Remise en forme hors du commun   

La prochaine saison de la LNH ne devrait s’amorcer qu’en décembre prochain. Nous ne sommes actuellement qu’en août. Comment Lafrenière gère-t-il tout ce qui touche sa préparation?

«Je m’entraîne déjà beaucoup. Je le fait depuis quelques mois, en fait. Je vais tenter de prendre les meilleures décisions possibles pour être fin prêt lors de l’ouverture des différents camps d’entraînement.» 

Sincères et nombreux remerciements    

À travers Alexis Lafrenière le joueur de hockey, on perçoit également un jeune homme très reconnaissant envers ses proches. 

D’ailleurs, le sympathique jeune homme ne s’est pas fait prier pour les remercier, en fin d’entrevue. 

«J’aimerais beaucoup remercier ma famille, dont mes parents et ma sœur. J’ai aussi une pensée pour tous les entraîneurs rencontrés depuis mon jeune âge. Beaucoup de reconnaissance envers ma famille de pension à Rimouski également. J’ai aussi de très bons mots pour mes coéquipiers de l’Océanic et mes amis de Saint-Eustache, avec qui je passerai cette soirée.»