Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

F1

«Je n’ai jamais triché de ma vie»

Publié | Mis à jour

Habituellement en retrait, fuyant constamment les journalistes qui lui réclament des entrevues, Lawrence Stroll est sorti de son silence dimanche avant la tenue du Grand Prix du 70e anniversaire de la F1, à Silverstone.

Dans une déclaration écrite envoyée aux médias, le patron de l’écurie Racing Point fustige des équipes concurrentes qui, dit-il, veulent «traîner son nom dans la boue».

Trois réclamations de Renault, qui accuse sa rivale d’avoir copié les écopes de freins arrière utilisées par Mercedes en 2019, ont été validées par la Fédération internationale de l’automobile (FIA) jeudi.

Racing Point a non seulement écopé d’une amende d’un peu plus de 600 000 dollars canadiens, mais 15 points ont été retranchés de sa fiche au classement des constructeurs.

«Je ne m’exprime pas souvent publiquement », a dit Stroll, mais je suis extrêmement en colère contre toute suggestion selon laquelle nous avons été malhonnêtes et que nous avons triché.»

«Je n’ai jamais triché de ma vie, a-t-il renchéri. De telles accusations sont fausses et inacceptables. J’entends prendre toutes les mesures nécessaires pour prouver mon innocence.»

Quatre écuries à dos

Jugeant la peine trop clémente, Renault a clairement signifié ses intentions de porter la décision en appel. Or, l’équipe française s’est trouvé des alliés dans sa démarche puisque Ferrari, McLaren et Williams (dont Stroll a déjà été actionnaire) lui ont emboîté le pas.

Ces écuries réclament soit une sanction plus sévère de la part des commissaires de la FIA ou plus de clarté dans la réglementation.

«Notre organisation est présente en F1 sous différents noms depuis 30 ans, a poursuivi Stroll. Elle embauche aujourd’hui 500 employés et nous nous sommes efforcés de bâtir une voiture conforme.

«Je suis d’autant frustré de constater le manque d’esprit sportif de nos compétiteurs. Ils traînent mon nom et ma réputation dans la boue. Jamais je ne vais accepter cette situation.»

Rappelons que Racing Point, «choquée et déçue de la décision», entend porter la cause en appel à son tour.

Pour avoir utilisé de nouveau lesdites écopes de freins dimanche à Silverstone, l’écurie Racing Point, sans surprise, a été convoquée par les commissaires de course pour une autre réprimande.