Bilan Canadiens

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Félix Séguin

L'architecte du «Big Three» de 2020

L'architecte du «Big Three» de 2020

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 06 août
Mis à jour 06 août

Selon moi, il n’y a et il n’y aura qu’un seul «Big Three».

Larry Robinson, Serge Savard et Guy Lapointe.

Dans les années 70, ces trois défenseurs ont marqué l’imaginaire du hockey en raison de l’excellence de leur jeu.

Les trois sont au Temple de la renommée et les trois ont leur chandail dans les hauteurs du Centre Bell.

Je ne sais pas si on reverra pareil accomplissement dans le hockey d’aujourd’hui.

Toutefois, de nos jours, lorsqu’une équipe de la LNH peut compter sur trois défenseurs efficaces, responsables et productifs, nous aimons accoler l’étiquette «Big Three» aux joueurs en question.

C’est ce que nous faisons depuis la victoire des Canadiens de Montréal dans le match no 3 contre les Penguins de Pittsburgh.

Shea Weber, Ben Chiarot et Jeff Petry sont directement responsables des succès inattendus des Canadiens depuis le début de la série contre la bande de Sidney Crosby.

Petry a marqué les deux buts gagnants, Weber a récolté trois points dans le match no 3 et Chiarot se démarque avec son jeu en défensive.

Weber, Petry et Chiarot ont un point en commun. Ils n’ont pas été repêchés par les Canadiens, ils ont plutôt été acquis par le directeur général Marc Bergevin.

N’eût été le travail de Bergevin, ce «Big Three» version 2020 n’aurait jamais été assemblé à Montréal.

La transaction Shea Weber-P.K. Subban animera toujours les conversations. Cependant, l’avantage net, clair et précis ira toujours aux Canadiens. Weber est encore à Montréal et il est le capitaine. Subban est très bon, mais il n’est plus à Nashville.

Pour sa part, Jeff Petry a été acquis le 2 mars 2015 des Oilers d’Edmonton en retour de deux choix au repêchage. Qu’aurait fait le CH sans Petry depuis cinq ans? ll a été indispensable, surtout lorsque Weber est tombé au combat.

Finalement, Ben Chiarot est à Montréal après avoir accepté un contrat de trois ans qui est évalué à 10,5 millions $. Au départ, j’étais d’avis que 3,5 millions $ par année était un montant d’argent trop élevé pour Chiarot. Cependant, il vient de connaître la meilleure saison de sa carrière et il prouve à nouveau son efficacité. Bergevin et les Canadiens avaient vu juste.

En terminant, Weber, Petry et Chiarot ne seront jamais Larry Robinson, Serge Savard et Guy Lapointe. Jamais. Jamais. Jamais.

Cependant, en 2020, ils rendent de fiers services aux Canadiens de Montréal.