Canadiens de Montréal

CH: les surprises et les déceptions

Publié | Mis à jour

Si le Canadien de Montréal a pu prendre une avance de 2 à 1 dans sa série contre les Penguins de Pittsburgh, il le doit en grande partie à son gardien de but Carey Price.

La planète hockey au grand complet savait que si le Tricolore voulait donner du fil à retordre à ses adversaires, il devrait se fier en grande partie sur son portier. Toutefois, certains autres joueurs, qu’on n’attendait pas, ont créé une surprise par leurs performances, tandis que d’autres ont grandement déçu.

- Nick Suzuki : surprise

La recrue du Canadien en est à une première participation en séries éliminatoires et il a cassé la glace dès son premier match avec un tir parfait pour battre le gardien Matt Murray. Suzuki est utilisé à toutes les sauces par l’entraîneur-chef Claude Julien et il répond de brillante façon, entre autres en freinant Sidney Crosby et Evgeni Malkin. Il est d’ailleurs l’attaquant qui passe le plus de temps sur la glace, à égalité avec Phillip Danault, grâce à une moyenne de 20 min 38 s par match.

Nick Suzuki déjoue Matt Murray d'un tir parfait -

- Jonathan Drouin : déception

Un gros «Enfin!» a pu se faire entendre partout au Québec quand l’attaquant québécois a redirigé un tir de Ben Chiarot derrière Murray lors du troisième match. Néanmoins, Drouin est invisible sur la glace et lorsqu’il a une chance de briller, par exemple, son tir de pénalité en prolongation du premier duel, il s’efface.

- Jesperi Kotkaniemi : surprise

Il faut croire qu’une rétrogradation au Rocket de Laval, une blessure à la rate et une pandémie qui a suspendu les activités de la Ligue nationale de hockey pendant quatre mois étaient ce qu’il fallait au Finlandais pour revenir en force. Ces quelques mois n’ont pas magiquement transformé «KK» en vedette, mais il semble plus à sa place. Tout comme Suzuki, Kotkaniemi a obtenu sa première réussite à son premier match éliminatoire.

Kotkaniemi marque le 1er but de la série! -

- Tomas Tatar : déception

Le meilleur pointeur du Canadien n’est pas l’ombre de lui-même après trois matchs éliminatoires. Même s’il joue en moyenne 17:36 par match, «Tuna» n’a toujours pas récolté de point dans la série contre les Penguins.

- Ben Chiarot : surprise

Le duo qu’il forme avec Shea Weber semble avoir trouvé la réponse quant à comment freiner la puissante attaque des «Pens». Chiarot est utilisé à outrance par Claude Julien, comme en fait foi son temps de jeu moyen de 25:16 par rencontre, la troisième plus haute moyenne chez le Canadien après Weber et Jeff Petry. De plus, l’arrière gaucher s’implique offensivement avec deux mentions d’aide et il a conservé le meilleur différentiel (+4) de l’équipe, à égalité avec Kotkaniemi, Artturi Lehkonen et Paul Byron.

Commentaires de Ben Chiarot et Phillip Danault -

- Joel Armia : déception

Non seulement l’attaquant finlandais n’a toujours pas inscrit de point après trois matchs, mais il est le joueur le plus puni du Tricolore, à égalité avec Danault, avec six minutes de pénalité. Avec le gabarit et le talent qu’il possède, Armia est de ceux qui devront en donner plus dans les prochains jours.

- Max Domi : déception (mention honorable)

Il est trop tôt avant de placer le numéro 13 dans la colonne des déceptions, même s’il n’a toujours pas de points. Domi joue en moyenne 14:24 par match et il ne bénéficie pas des ailiers les plus productifs offensivement en Dale Weise et Jordan Weal (Jake Evans pour une portion du troisième match).