Crédit : AFP

LNH

De quoi faire peur au Wild

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Canucks de Vancouver, Travis Green, pourra compter sur de jeunes joueurs plus forts et rapides lors de la série qualificative opposant sa troupe aux Wild du Minnesota.

Pendant la période d’inactivité de la Ligue nationale de hockey, le pilote s’est assuré que ses jeunes athlètes mettent les bouchés doubles à l’entraînement.

C’est ce qu’a révélé le défenseur Quinn Hughes lors d’un entretien avec le réseau Sportsnet.

«Je ne savais pas combien de temps nous serions arrêtés, alors j’ai pris quelques semaines de congé. Je jouais un peu blessé vers la fin, alors j’avais besoin d’une pause. Coach Green m’a cependant demandé de recommencer à m’exercer et de prendre du temps pour devenir plus fort et meilleur, a indiqué l’arrière. Il m’a dit que ce serait bien pour l’équipe et pour moi. Il ne m’a pas lâché d’un poil et il m’appelait pas mal toutes les semaines pour discuter de comment allaient les choses. Cela m’a énormément motivé et vraiment aidé.»

Celui qui a été choisi comme candidat pour le trophée Calder voit les effets de ses efforts.

«Je suis plus fort, je suis meilleur et je m’attends à plus de ma part, a-t-il dit. En même temps, je fais mes débuts en séries éliminatoires et je ne sais pas ce qui se produira. J’ai confiance que je peux avoir un gros impact en série.»

Green a aussi fait le même manège avec les attaquants Elias Pettersson et Brock Boeser.

«Petey est définitivement plus fort, car son corps continue de grandir, a analysé Hughes. Je pense que Brock a déjà atteint sa taille maximale, mais il a travaillé très fort sur son patin (pendant l’arrêt) et sur d’autres choses aussi. Je lui ai parlé et il est très confiant.»

Reste maintenant à voir si les efforts des Hughes, Pettersson et Boeser permettront aux Canucks de vaincre le Wild. Cette série d’un maximum de cinq parties s’amorcera dimanche.