Canadiens de Montréal

«On ne devrait pas être gênés d’être ici»

Publié | Mis à jour

Un mot revenait souvent, vendredi, lors des entrevues suivant l’entraînement des Canadiens de Montréal : «confiance». 

Le constat semble effectivement unanime. Tous les membres de l’organisation abordent la série à venir contre les Penguins de Pittsburgh avec beaucoup d’optimisme. Tous ont également bien hâte au premier coup de sifflet.    

«Tout le monde est très excité. L’ambiance est excellente», a d’abord lancé le capitaine Shea Weber, dans le cadre d’une visio-conférence.

L’entraîneur-chef Claude Julien abondait dans le même sens. 

«Ça fait quelques jours qu’on se prépare pour ce premier match. On est contents d’être ici. J’aime le fait qu’on ait une véritable chance. 

«Il faut croire en soi. Et il faut faire le travail nécessaire pour parvenir à nos fins. Le caractère de ton équipe joue un gros rôle dans ce genre de confrontation. Nous voulons convaincre les gens que nous sommes meilleurs qu’ils le disent.»

La recette parfaite?    

Questionné sur le type de prestation qu'allait devoir offrir son équipe pour se donner une chance de l’emporter face aux Penguins, Julien y est allé d’une réponse assez précise. 

«On devra assurément bien faire bouger la rondelle et tuer les jeux rapidement. Notre jeu de transition se devra d’être impeccable et notre échec-avant devra être très soutenu. Il sera impératif de jouer rapidement.»

Shea Weber a offert un discours similaire. Mais il a insisté sur un fait : les joueurs ne doivent pas se laisser impressionner par les Penguins, peu importe le contexte. 

«On doit les respecter, c’est évident, mais personne ne doit être intimidé par eux. En fait, on ne fait pas du tout attention à la façon dont ils se préparent. On travaille sur notre équipe et on ne se concentre pas sur les joueurs de l’autre côté. Je répète souvent que nous devrons garder les choses simples et utiliser notre grande rapidité à bon escient dans cette série.»

Pour Weber, les deux formations débutent cette confrontation qualificative sur un pied d’égalité.

«C’est une nouvelle saison, carrément. Aucune équipe n’a de momentum. On veut se qualifier pour les séries éliminatoires et commencer très fort face aux Penguins.»

La pression, un facteur?    

Plusieurs amateurs et experts martèlent depuis quelques jours que la pression est davantage sur Pittsburgh, qui entame cette série 3 de 5 avec l'étiquette de favori. Appelé à commenter cette théorie, Claude Julien a répondu ceci. 

«La pression, ils vont effectivement devoir la gérer, mais ils y sont habitués. On parle d’une équipe expérimentée. Tous nos joueurs se devront d’être à leur meilleur. On n’a pas une grande marge de manœuvre concernant la victoire si la moitié de nos joueurs ne se présente pas.

«Les gars devraient le savoir... Quand on joue de la bonne façon, on peut contrer les meilleures équipes. On a eu un bon entraînement. Les gars ne manquent pas de confiance, actuellement. La détermination sera la clé.»

Claude Julien a conclu sur une note qui risque de faire sourciller les détracteurs du format de ces séries 2020. 

«On ne devrait pas être gênés d’être ici cette année. L’an dernier, nous avions une meilleure fiche que trois équipes qui ont finalement participé aux séries. Le format a finalement fait que nous avions été écartés...»