Crédit : AFP

NBA

NBA: un 1er joueur reste debout pendant l'hymne

Publié | Mis à jour

L'ailier d'Orlando Jonathan Isaac ne s'est pas agenouillé vendredi durant l'hymne américain avant le match contre Brooklyn, devenant le premier joueur de NBA à ne pas suivre l'élan de soutien collectif à «Black Lives Matter» initié la veille à la reprise de la saison.

Contrairement aux joueurs, entraîneurs et arbitres des rencontres Utah-Pelicans et Lakers-Clippers jeudi, ce n'est pas exactement à l'unisson que les différents acteurs de ce Magic-Nets ont posé genou à terre pour protester contre les injustices raciales.

Tous l'ont fait sauf Isaac, qui ne portait pas non plus le t-shirt avec l'inscription «Black Lives Matter», mais son maillot blanc du Magic. 

S'exprimant après la victoire de son équipe (128-118), le joueur afro-américain de 22 ans a assuré qu'il soutenait «absolument» Black Lives Matter. «J'ai juste senti que me mettre à genoux ou porter un t-shirt Black Lives Matter n'était pas indispensable pour soutenir Black Lives Matter», a-t-il dit.

«Tout le monde est fait à l'image de Dieu et nous sommes tous loin d'être à la hauteur de la gloire de Dieu», a poursuivi Isaac, chrétien pratiquant qui prêche parfois dans une église non confessionnelle d'Orlando. 

«Chacun de nous fait des choses que nous ne devrions pas faire et dit des choses que nous ne devrions pas dire, nous n'aimons pas les gens que nous ne devrions pas haïr... Quand vous regardez autour de vous, le racisme n'est pas la seule chose qui tourmente notre société, qui tourmente notre nation, qui tourmente notre monde», a-t-il poursuivi.

«La réponse, c'est l'Évangile»

Avant de conclure: «Je me retrouve dans ce message, pas seulement sur le racisme, mais tout ce qui afflige notre société. J'ai la sensation que notre réponse à cela, c'est l'Evangile.»

La franchise d'Orlando a soutenu l'initiative de (presque tous) ses membres dans un communiqué: «Nous soutenons pleinement les joueurs qui ont choisi de tirer parti de leur plateforme d'expression NBA pour envoyer un message pacifique et puissant condamnant le sectarisme, l'injustice raciale et l'utilisation injustifiée de la violence par la police, en particulier contre les personnes de couleur.» 

Jeudi, la saison NBA a repris ses droits dans la bulle de Disney World (Floride) après plus de quatre mois d'interruption due au coronavirus, sous le signe de «Black Lives Matter», avec cette séquence solennelle, appuyée par des commentaires des joueurs sur ce sujet après leurs matches, faisant passer le basket au second plan.

«Nous comprenons ce qui se passe dans la société en ce moment et nous utilisons cette plateforme qu'est la NBA pour faire passer les messages et rester forts sur ce point. C'est un bon début», a ainsi déclaré LeBron James.

«Black Lives Matter», qui s'affiche sur le parquet à tous les matches chez Disney World, est un des slogans principaux qui se fait entendre dans les rues aux Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, asphyxié lors son interpellation par la police à Minneapolis le 25 mai.