Crédit : AFP

LNH

Les Hurricanes ont-ils peur des Rangers?

Publié | Mis à jour

Quand la Ligue nationale a proposé son plan de retour, seulement deux représentants des joueurs ont voté contre le format des séries éliminatoires. Parmi ceux-ci, il y avait le porte-parole des Hurricanes de la Caroline.

Plusieurs personnes ont avancé que ce refus avait un lien avec les Rangers de New York. En effet, les «Canes» doivent affronter la formation de la Grosse Pomme lors de la ronde qualificative. 

La Caroline a connu une meilleure campagne de ses rivaux, mais elle a perdu ses quatre duels face à ceux-ci lors de la saison régulière. Les Blueshirts ont obtenu le meilleur 17 à 9 lors de ces parties de la saison régulière.

On efface et on recommence 

Qu’à cela ne tienne, les Hurricanes croient que ça ne veut plus rien dire.

«Les deux équipes, nous savons comment nous jouons et ce que nous essayons de faire lors d’un match, mais le hockey de série est différent du hockey de la saison régulière, a indiqué l’attaquant Sebastian Aho au quotidien «The News & Observer», jeudi. Je ne crois pas que ces matchs comptent. C’était il y a longtemps et je suis sûr que nous serons meilleurs en série éliminatoire.»

Sur le plan individuel, Aho a inscrit trois réussites contre les Rangers en 2019-2020. Il a toutefois maintenu un différentiel de -2.

Il est loin du rendement d’Artemi Panarin, qui a amassé neuf points (3-6) contre les «Canes».

Qui gardera les filets? 

La grande question chez les Rangers c’est de savoir qui sera entre les poteaux.

Lors de leur unique match préparatoire, contre les Islanders de New York, l’entraîneur David Quinn a envoyé dans la mêlée Henrik Lundqvist et Igor Shesterkin. Le premier a repoussé 14 des 15 lancers dirigés contre lui, tandis que le deuxième a réussi six arrêts en sept occasions.

C’est toutefois le Russe qui a obtenu le départ, mais Quinn n’a toujours révélé si la situation se répétera contre la Caroline. Shesterkin est toutefois celui qui s’entraînait avec les meilleurs joueurs des Rangers lors du camp d’entraînement et il a été le seul gardien des New-Yorkais à avoir été choisi pour les vidéoconférences avec les médias depuis que sa formation a fait son entrée dans la «ville-bulle» de Toronto.