Coyotes c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Price a besoin d'aide

Price a besoin d'aide

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 29 juillet
Mis à jour 29 juillet

À tort ou à raison, plusieurs reprochent à Carey Price de ne pas être à la hauteur en séries éliminatoires. 

Quand on regarde l’ensemble de sa carrière en séries, le gardien des Canadiens démontre des statistiques sobres : 25 victoires en 60 matchs, moyenne de buts accordés de 2,53 et taux d’efficacité de ,914.    

Cependant, lorsque je porte attention aux performances de Price au cours de ses trois dernières présences en séries, je constate que son attaque l’a souvent laissé tomber.

En 2014, 2015 et 2017, son taux d’efficacité était très bon. Par contre, au même moment, les chiffres démontrent que l’attaque des Canadiens était à plat.

Ce fut notamment le cas dans la série contre les Rangers de New York en 2017, et ce fut la même chose contre le Lightning de Tampa Bay en 2015.

Bref, difficile pour Price de gagner des matchs en séries lorsque son équipe ne marque qu’un ou deux buts par rencontre.

Un gagnant ou pas?     

Je sourcille toujours lorsque j’entends quelqu’un dire la phrase suivante : «Carey Price n’a jamais rien gagné dans sa carrière».

Ce n’est pas tout à fait vrai.

J’aime toujours rappeler respectueusement que Price a remporté la médaille d’or au Championnat du monde junior (2007), la Coupe Calder dans la Ligue américaine (2008), la médaille d’or aux Jeux olympiques (2014) et la Coupe du monde (2016).

Pas mal comme palmarès, vous ne trouvez pas?

Évidemment, plusieurs croient que gagner se limite uniquement à la Coupe Stanley. Ce n’est pas vrai.

Prenez l’exemple de Jarome Iginla. Il a remporté tous les championnats possibles au cours de sa carrière (Coupe Memorial, Championnat du monde junior et senior, Coupe du monde, Jeux olympiques), sauf la Coupe Stanley. Doit-on le percevoir différemment? La réponse est non.

Pour leur part, les gardiens Roberto Luongo, Curtis Joseph et John Vanbiesbrouck n’ont jamais remporté le précieux trophée, mais ils se sont quand même distingués au cours de leur carrière. Ils ne sont pas perçus comme de «mauvais» gardiens parce qu’ils n’ont jamais remporté le dernier match des séries.

Price a encore un peu de temps devant lui pour changer la perception de certains amateurs. 

Toutefois, soyons honnêtes : depuis son arrivée avec les Canadiens (2007-2008), très rarement Price a évolué pour une équipe qui avait des chances de gagner la Coupe Stanley.