HKN-HKO-SPO-EDMONTON-OILERS-V-CALGARY-FLAMES

Crédit : AFP

LNH

«C'était la "twilight zone" par moments!»

Publié | Mis à jour

Les premiers matchs préparatoires marquant le retour au jeu de la Ligue nationale e hockey (LNH) avaient lieu mardi et les joueurs du circuit Bettman ont tôt fait de remarquer l’ambiance pour le moins feutrée de leur espace de travail.

L’absence de partisans dans les gradins au Scotiabank Arena de Toronto et au Rogers Place d’Edmonton rendait chaque coup de patin ou parole des patineurs présents audible pour quiconque étant sur les lieux. Certains médias ont également souligné le son qui résonnait en écho à l’intérieur, ce que les partisans regardant les rencontres à la télévision n’ont pu constater.     

Chez les Maple Leafs, le capitaine John Tavares a avoué que l’entrée en matière fut particulière.

«C’était vraiment différent, a-t-il dit après le gain de 4 à 2 des siens aux dépens des Canadiens de Montréal. Visuellement, votre perception de la profondeur et de ce que vous êtes habitué de voir n’est pas la même, ni ce que vous entendez normalement. [...] Dans l’ensemble, il y a beaucoup d’attention à garder à cet effet, mais nous sommes juste chanceux de pouvoir revenir jouer. Ce fut plaisant et il y avait énormément d’énergie au sein de notre groupe.»

Du côté de l’Alberta, le gardien des Oilers Mike Smith tenait un son de cloche similaire après avoir participé partiellement au duel face aux Flames de Calgary.

«Pour être franc, on aurait dit que c’était la Twilight Zone par moments, a commenté le vétéran au Edmonton Sun. Tout le monde patinait autour en essayant de voir comment on se sentait sans personne dans l’aréna. C’était l’une des parties les plus étranges que j’ai disputées depuis mon arrivée dans la LNH. Cependant, chaque équipe est dans le même bateau. Toutes auront à relever des défis d’ordre mental en créant leur propre énergie et émotion, mais c’est ce qui rendra ce petit tournoi si unique et difficile à remporter.»

«On s’est assuré de parler pas mal sur le banc, tout en demeurant concentré sur l’affrontement, a renchéri son coéquipier Alex Chiasson. Ce sont des circonstances que personne d’entre nous n’avait vécues et on a fait un bon travail pour garder notre calme et notre attention sur le match.»

Ajustements     

Évidemment, les hockeyeurs ont dû s’ajuster rapidement afin de bien interagir, puisque leur boulot demeure le même sur la glace.

«Certes, c’était nouveau au début. Il a fallu la première période pour s’y habituer et à mesure que la rencontre avançait, on était à l’aise. Et il y avait deux formations qui se détestent et de ce côté, ce n’était pas différent», a expliqué l’attaquant des Oilers Connor McDavid.

D’ailleurs, son opposant Milan Lucic a surtout remarqué l’animosité bien présente entre les deux clubs albertains avant tout le reste.

«Je crois que l’énergie de ce match était bonne. Le jeu physique était là, il y a eu quelques mêlées. Personnellement, et selon mes conversations avec des coéquipiers après la partie, je pense que ça ressemblait davantage à une rencontre de saison régulière, même s’il s’agissait de notre premier duel en cinq mois environ», a-t-il dit au terme d’un revers de 4 à 1.