Crédit : Photo d'archives AFP

Canadiens de Montréal

Romanov en a marre d'attendre

Publié | Mis à jour

Il a beaucoup été question de l’arrivée de l’espoir des Canadiens de Montréal Alexander Romanov, qui a rejoint l’équipe en vue des éliminatoires à Toronto.

Bien que le défenseur russe, sélection de deuxième tour du CH (38e au total) au repêchage de 2018, apprécie être dans l’entourage du grand club, il dit ronger son frein dans la bulle, puisqu’il doit se soumettre à une quarantaine de sept jours dans la Ville Reine. 

«Je ne peux pas aller marcher dehors, a-t-il déclaré au média VSE Pro Sport, lundi. Il y a un homme assis devant ma chambre à tout moment de la journée pour s’assurer que je ne sorte pas. Je ne peux même pas marcher dans le couloir.»

Romanov, qui est inadmissible pour jouer avec le Tricolore en cette période des séries, a fait le voyage pour s’entraîner avec l’équipe. Or étant cloîtré dans sa suite, il ne peut garder la forme.

«Si j’étais à la maison, je pourrais m’entraîner. C’est incroyablement difficile de rester entre quatre murs. Ici, je n’ai pas de vélo, pas d’haltères ou d’équipement, déplore-t-il.

«Les représentants du club m’ont acheminé des exercices que je peux faire dans la chambre. Une femme m’a conseillé de faire plus de pompes pour ne pas rester inactif. Tu peux perdre toute la forme.

«Je compte les jours pour que se termine cette période de quarantaine.»

Une discussion avec Radulov 

Romanov dit avoir rencontré seulement Paul Byron avant de traverser l’Atlantique, la semaine dernière. Il s’est aussi entretenu avec d’actuels joueurs russes de la LNH dans des entraînements à Moscou.

«Alex Radulov s’est entraîné avec nous. Je lui ai posé plusieurs questions au sujet de la LNH. Il a joué à Montréal il y a un certain temps, et il m’a offert beaucoup de conseils.»

Par ailleurs, le Russe de 20 ans a laissé entendre qu’il retournera dans son pays natal après le tournoi, mais qu’il reviendra à Montréal à l’automne. Il a répété que sa priorité est de maintenir et d'améliorer sa forme physique.

«Je n’ai jamais vécu une aussi longue pause. J’espère pouvoir améliorer mon conditionnement. Je vais m’entraîner avec acharnement.»

Heureusement, la météo aide Romanov à voir le tout avec un certain degré d’optimisme. 

«Je suis dans un hôtel avec d’excellentes conditions et la vue de la ville est magnifique. On y voit même le lac Ontario. La météo est sublime.»