Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Le maillon faible des Maple Leafs?

Publié | Mis à jour

En dépit d’une longue inactivité marquée par 140 jours sans matchs de la Ligue nationale de hockey (LNH), le directeur général des Maple Leafs de Toronto, Kyle Dubas, a entièrement confiance en son équipe à l’aube de la ronde de qualification.

Le duel préparatoire de mardi contre le Canadien de Montréal constituera la seule occasion pour la troupe de l’entraîneur-chef Sheldon Keefe de peaufiner son arsenal en prévision de la confrontation 3 de 5 face aux Blue Jackets de Columbus. Voyez le match Canadiens-Maple Leafs sur nos ondes et le réseau TVA dès 20h ce soir.  

Ceux-ci n’ont qu’à bien se tenir, car tout est au beau fixe dans le camp torontois, aux dires du DG.

«Le niveau de talent de ce groupe n’a jamais été remis en question. Nous savons que c’est au plan de l’esprit d’équipe et de la maturité qu’il faut réaliser des progrès», a commenté Dubas au réseau Sportsnet.

«C’est un bon signe...»

D’ailleurs, le dirigeant s’est dit encouragé par le déroulement des dernières semaines. Plusieurs joueurs - une vingtaine environ - ont patiné de manière volontaire tôt en juin dans le cadre de la phase 2 du plan de reprise de la LNH. 

D’autres comme William Nylander, Kasperi Kapanen et Jack Campbell sont débarqués en ville plus tôt afin de se soumettre rapidement à la quarantaine obligatoire. 

Enfin, Morgan Rielly et Alexander Kerfoot avaient déjà pu se remettre en forme sur la glace en Colombie-Britannique avant de se présenter à Toronto.

Ainsi, le groupe a resserré les liens un peu plus lors des récents jours. Il reste à voir si cela se transposera sur la glace.

«Les joueurs ont mis l’effort nécessaire. Leur concentration sur la patinoire et à l’extérieur au cours de la phase d’entraînement volontaire et leurs actions hors de la glace montraient à quel point ils faisaient attention et se sentaient responsables les uns vis-à-vis les autres. 

«Pour moi, c’est un bon signe et cela montre que ce groupe a grandi ensemble», a souligné le DG.

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

L’instinct du tueur   

En éliminatoires, les Leafs devront apprendre des erreurs du passé. Au printemps 2019, ils avaient la chance d’éliminer à domicile les Bruins de Boston lors du match 6 de leur série de premier tour, mais l’ont loupée pour finalement s’incliner en sept rencontres. 

S’ils veulent changer le cours de l’histoire, ils devront miser sur une défense plus fiable qu’en saison régulière. Parmi les 24 clubs en lice, seuls les Panthers de la Floride ont concédé plus de buts qu’eux.

«D’après nous, notre statut de formation élite dépendra de nos performances en défense, a admis Dubas. Mais c’est davantage une question d’état d’esprit et non de talent à l’arrière. 

«Selon moi, nous avons montré à quelques moments ou matchs qu’on peut être une bonne équipe défensive.»