BASKET-NBA-AFRICA-LEAGUE

Crédit : AFP

NBA

La NBA songe à maintenir la «bulle» en 2020-2021

Agence QMI

Publié | Mis à jour

La NBA pourrait continuer à utiliser la «ville-bulle» d’Orlando, ou un autre endroit approprié, afin d’assurer une saison 2020-2021 sécuritaire.

C’est du moins ce qu’a avancé en entrevue avec ESPN, mardi, la directrice exécutive de l’Association des joueurs de la NBA Michele Roberts.

• À lire aussi: COVID-19: la saison de baseball en danger?

• À lire aussi: À VOIR: Comment les joueurs passent le temps dans la bulle

Le pari de la «bulle» fonctionne à merveille pour la meilleure ligue de basketball au monde, qui n’a pas enregistré de nouveaux cas de COVID-19 en trois semaines. Après les matchs préparatoires, la saison régulière reprendra ce jeudi.

«Si demain ressemble à aujourd’hui, je ne sais pas comment nous pourrons dire que ça sera différent. Si demain ressemble à aujourd’hui et qu’aujourd’hui nous reconnaissons que – et ce n’est pas Michele qui parle, c’est ce que la ligue en collaboration avec l’Association des joueurs et nos experts disent, "C’est la façon de faire" – et bien ce sera de cette façon que nous procéderons», a mentionné Roberts par rapport au maintien de la zone sécurisée.

La directrice exécutive croit cependant que cette option est accompagnée de grands sacrifices puisque les joueurs devraient laisser leur famille de côté pendant une longue période de temps et que le circuit Silver subirait des pertes monétaires importantes. La présence des spectateurs lors des matchs contribue tout de même à 40 % des revenus de la ligue lors d’une saison normale.

«Je ne suis pas dans le camp de Trump qui croit que tout sera terminé dans deux semaines, mais je prie, je prie qu’un concours de circonstances nous permette de jouer d’une façon différente. [...] Si la bulle est la seule option, ce sera sûrement de cette façon que nous jouerons la prochaine saison, si les choses demeurent ainsi», a poursuivi Roberts.

«Je ne l’espère pas. J’ose croire que les gens pourront vivre sans leur famille. Mais je ne peux que commenter sur ce que je sais, et ce que je sais c’est l’immédiat.»

L’avocate américaine s’attend à ce que des discussions en ce sens soient amorcées éventuellement, mais qu’une renégociation de la convention collective, qui vient à échéance le 15 décembre 2022, n’est pas dans les plans.