LNH

Quatre mois plus tard, le hockey est de retour à la télé

Publié | Mis à jour

À compter de mardi soir, un nouveau rituel viendra pimenter cet été rendu inédit à cause du coronavirus : s’installer devant la télé pour regarder un match du Canadien.

Le match préparatoire qui opposera le CH aux Maple Leafs de Toronto marquera le coup d’envoi d’un marathon télévisuel qui s’étirera sur deux mois, et une centaine de matchs de séries éliminatoires, jusqu’à ce que soit couronné le vainqueur de la coupe Stanley, quelque part vers la fin septembre ou le début d’octobre.

Les Québécois auront-ils le goût de quitter les chauds rayons de soleil pour regarder du hockey? 

À TVA Sports, qui détient les droits francophones pour toutes les séries, incluant la ronde de qualifications 3 de 5 durant laquelle le Canadien affrontera les Penguins de Pittsburgh, on est persuadé que oui.

«Les options pour se divertir sont limitées, ça fait quatre mois sans hockey et, en plus, ce ne sont pas des matchs qui ne veulent rien dire. On revient pour des matchs des séries. (...) C’est comme une télé-réalité qui recommence», image le descripteur, Félix Séguin.

«Comme partisan, je pense que j’aimerais ça, pendant mes vacances, partir le barbecue et allumer la TV pour regarder une partie de hockey», ajoute l’analyste Patrick Lalime.

Sans spectateurs

Pour Séguin, Lalime et toute l’équipe de TVA Sports avec qui ils partageront la tâche de décrire l’action, la commande s’annonce de taille. Avec des matchs qui débutent à midi, 16 h et 20 h, les temps d’arrêt seront rares. On parle de plus de 10 heures de hockey en direct chaque jour.

Confinés en studio à Montréal, les descripteurs et analystes auront aussi un autre défi : présenter du hockey joué dans des amphithéâtres désertés par les habituelles bruyantes foules des séries.

«Je ne sais pas à quel point la différence sera palpable à la télé. Pour les joueurs, par contre, ouf, je suis convaincu que ce sera un élément à gérer», fait remarquer Lalime, qui a connu la frénésie des séries quand il gardait les buts des Sénateurs d’Ottawa.

Son coéquipier en ondes croit pour sa part que les téléspectateurs n’y verront que du feu.

«Je ne pense pas que ça va changer l’expérience télé parce qu’il va y avoir des appuis techniques. Bien sûr, au départ, ils vont remarquer qu’il n’y a pas de spectateurs, mais ils vont rapidement retrouver l’amour du hockey», analyse Félix Séguin.

Intense préparation

Avant de se rasseoir en studio, séparés par un panneau en plexiglas, Séguin et Lalime doivent aussi se soumettre à une forme de camp d’entraînement. 

Après quatre mois, c’est l’heure de se remémorer tous les transferts de joueurs et les changements d’entraîneurs qui ont marqué l’actualité de la Ligue nationale de hockey durant les semaines avant la pause forcée.

«Depuis trois semaines, c’est intense. Il faut que je rafraîchisse ma mémoire», indique Félix Séguin.

Idem pour Patrick Lalime, qui se promet d’éplucher tous les articles de journaux des clubs dont il devra analyser les performances.

N’allez pas croire que cette préparation est un fardeau. «On a hâte», lance Patrick Lalime.

Le CH à la télé

Match préparatoire :

- 28 juillet, 19 h : Montréal c. Toronto (TVA Sports et Réseau TVA)

Ronde de qualifications 3 de 5 :

- 1er août, dès 18 h 45 : Montréal c. Pittsburgh

- 3 août, 20 h : Montréal c. Pittsburgh

- 5 août, 20 h : Pittsburgh c. Montréal

La date et l’heure des autres matchs de la série, si nécessaires, seront annoncées ultérieurement.