US-NBA-SUSPENDS-SEASON-AFTER-PLAYER-TESTS-POSITIVE-FOR-CORONAVIR

Crédit : AFP

NBA

Une relance au royaume de Mickey

Roby St-Gelais

Publié | Mis à jour

Première ligue professionnelle en Amérique du Nord à interrompre ses activités en raison de la pandémie de la COVID-19, la NBA est fin prête pour sa relance dans un contexte particulier, plus de quatre mois après avoir plongé ses courts dans le noir.

Le plus prestigieux circuit de basketball au monde s’est tourné vers l’immense complexe sportif ESPN Wide World of Sports, situé sur les terrains du parc Disney World, à Orlando, en Floride, pour s’assurer d’une reprise sécuritaire dans un environnement hautement contrôlé.

Le reste de la saison ainsi que l’ensemble des séries éliminatoires y seront disputés à huis clos. Des partisans virtuels meubleront les amphithéâtres.

Le Jazz de l’Utah et les Pelicans de La Nouvelle-Orléans briseront la glace à 18 h 30 le 30 juillet.

Cette rencontre sera suivie par le duel attendu entre les deux clubs de Los Angeles habitués à partager les mêmes installations, les Lakers et les Clippers, qui occupent les deux premières positions dans l’Association de l’Ouest.

Champions en titre, les Raptors de Toronto feront leur rentrée officielle le 1er août contre Lebron James et les Lakers.

Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis la pause forcée amorcée le 11 mars dernier à la suite du test positif de Rudy Gobert, du Jazz de l’Utah.

Après la MLS et le baseball majeur au cours des dernières semaines, la NBA deviendra le troisième circuit parmi les quatre sports majeurs à retrouver ses lettres de noblesse.

Mickey à la rescousse

Si le site de Disney est reconnu pour son hospitalité, joueurs et membres du personnel des 22 équipes participant à la relance vivent tout sauf l’atmosphère qui y règne normalement depuis le début des entraînements préparatoires.

Oubliez les vacances paradisiaques chez Mickey Mouse.

Tests quotidiens, port du masque en déplacements, entraînements, matchs, repas d’équipe et dodos à l’hôtel, voilà à quoi ressemble le quotidien des équipes depuis qu’elles ont mis le pied à l’intérieur de la bulle.

«Je crois que nos protocoles ainsi que les mesures pour notre santé et pour notre sécurité sont excellents, a déclaré le joueur vedette des Raptors de Toronto, Kyle Lowry, quelques jours après son arrivée à Orlando. Je pense que ça va bien fonctionner. La Ligue et l’Association des joueurs ont fait un travail colossal pour que nous fassions tout ce que nous pouvons pour nous assurer que nous sommes en bonne santé, en sécurité et dans un environnement où nous pouvons connaître du succès et faire notre travail à un niveau élevé.»

N’empêche que le risque zéro de contamination est inexistant. Les autorités de la NBA ne sont pas à l’abri d’une éclosion à l’intérieur du site malgré le protocole sanitaire en place. Le commissaire Adam Silver a été le premier à le reconnaître avant le lancement des camps d’entraînement.

«Ce qui serait préoccupant, ce serait qu’une fois sur le campus et la période de confinement terminée, là il y aurait d’autres tests positifs, a-t-il mentionné. Nous saurions que nous avons un problème et qu’il y a un trou dans notre bulle ou que la quarantaine ne fonctionne pas, tout comme le campus. Ce serait très préoccupant.»

En date de lundi dernier, aucun des 346 joueurs testés depuis le 13 juillet n’avait reçu un résultat positif. Comme quoi la bulle semble bien étanche jusqu’ici.

Golf et sauna

Les joueurs peuvent se changer les idées dans la zone sécurisée tout en respectant les consignes, en jouant au golf sur le parcours du complexe, au bowling ou au ping-pong ou en se livrant à des parties de cartes. Projections de films, salon de barbier et séances de méditation et de yoga seront aussi au menu.

Tout a été prévu afin que la vie sur le campus ait un semblant de normalité.

«Il y a plusieurs choses à faire. Ce n’est pas la vie normale, mais c’est correct pour nous. [...] Nous essayons juste de bien meubler nos journées. De tirer le maximum de cette vie à Disney», a dévoilé l’entraîneur-chef des Clippers, Doc Rivers.

La plupart des athlètes ont aussi apporté leur console de jeux vidéo, mais certains ont été plus imaginatifs pour se sentir comme chez eux alors que leur séjour pourrait s’étirer jusqu’à trois mois.

Le pivot des Clippers, Montrezl Harrell, a apporté avec lui un sauna portatif alors que son coéquipier Lou Williams a trimballé son petit kit de studio d’enregistrement.

________________________________________

► Dates à retenir

22 au 28 juillet

Matchs préparatoires

30 juillet

Reprise de la saison pour déterminer les têtes de série du 1er tour éliminatoire

14 août

Fin des matchs de qualification

17 août

Début des séries éliminatoires

31 août au 13 septembre

Demi-finales d’association

15 septembre au 28 septembre

Finales d’association

30 septembre au 13 octobre

Finale de la NBA

VIDÉO ET CAPTEURS DE DISTANCIATION POUR CONTRER DES ÉCLOSIONS

La NBA prendra les grands moyens pour s’assurer qu’un cas de coronavirus ne se répande comme une traînée de poudre sur le campus de Disney World.

Il faut savoir que tous les joueurs déclarés positifs devront se placer en quarantaine dans un endroit prévu à cet effet sur le site de Disney. Ceux-ci seront testés une deuxième fois pour s’assurer qu’ils sont bien porteurs du virus ainsi qu’une troisième fois, 24 heures plus tard.

Si ce troisième test s’avère négatif et que le joueur ne présente aucun symptôme, il pourra rejoindre ses coéquipiers, à moins que le médecin désigné par la NBA pour les maladies infectieuses en décide autrement.

Comment les autorités du circuit retraceront-elles les personnes ayant été en contact avec le malade? Ils utiliseront une technologie vidéo pour retrouver les personnes qui ont été en «contact étroit», soit à moins de deux mètres pendant 15 minutes, et celles qui ont eu un «contact direct» par sécrétions, par exemple, avec la personne testée positive. C’est ce que prévoit le document de sécurité pour la relance des activités.

Capteur de distanciation

Pour éviter de propager le virus lorsque les joueurs se promènent sur le campus, ceux-ci peuvent utiliser un capteur de distanciation qui sonne lorsqu’une personne se retrouve à moins de deux mètres pendant plus de cinq secondes si celle-ci a activé son alarme. Cette mesure est facultative pour les athlètes, mais elle est obligatoire pour les membres du personnel des équipes.

Température, hygiène respiratoire et fréquence cardiaque, les joueurs peuvent porter une bague intelligente qui leur fournit des informations cruciales sur leur état de santé, et ce, en temps réel. Si le port du masque est obligatoire pour tout le monde à l’extérieur de la chambre d’hôtel, sauf lors des entraînements et des matchs, les joueurs devront aussi faire attention à ne pas cracher ou se vider le nez, à essuyer le ballon avec leur maillot, se lécher la bouche et se toucher le visage inutilement lorsqu’ils sont en action.

Familles en deuxième ronde

Le début de la relance se fera sans les membres de la famille des joueurs et des entraîneurs, mais ceux-ci pourront compter sur leur soutien pour le début de la deuxième ronde des séries éliminatoires à partir du 30 août. Les familles devront se soumettre à un isolement de trois jours avant de s’installer sur le campus et à un autre de quatre jours une fois à l’hôtel. Ils seront soumis aux mêmes exigences sanitaires que les athlètes une fois sur place.