Coyotes c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

«Je ne vois pas Domi comme un gars de 4e trio»

Publié | Mis à jour

Il n’existe pas encore une solution magique pour ralentir le monstre à deux têtes, composé de Sidney Crosby et d’Evgeni Malkin, et la vaste profondeur à l’attaque des Penguins. Pour y arriver, Claude Julien a choisi d’opter pour quatre trios assez bien équilibrés.

À la veille du départ de l’équipe pour la ville bulle de Toronto, Max Domi a encore une fois patiné au centre du quatrième trio. L’Ontarien de 25 ans se retrouvait aux côtés de Jordan Weal et de Dale Weise.  

Jesperi Kotkaniemi, qui avait passé les dernières semaines de la saison avec le Rocket de Laval, a conservé sa place au centre de Paul Byron et d’Artturi Lehkonen.

Techniquement, on pourrait donc présumer que Domi est le quatrième centre de l’équipe et Kotkaniemi le troisième. Mais Julien n’a pas trop aimé qu’on s’attarde à la numérotation de ses trios à l’attaque, surtout en décrivant Domi comme le centre de sa dernière unité.

«De dire que Domi est un gars de quatrième trio, je ne peux pas dire ça, a répliqué Julien. J’aime mieux dire que nous avons quatre trios équilibrés. Que vous ayez identifié ce trio (Weal-Domi-Weise) comme le quatrième trio en raison d’une couleur de chandail à l’entraînement, c’est tellement faux. Je ne crois pas que pouvez dire que le trio de Kotkaniemi est de beaucoup supérieur à celui de Domi. Quand vous regardez les entraînements, je pense que le trio de Domi était celui qui générait le plus de chances de marquer. Si vous voulez vous attarder sur ça (Domi comme quatrième centre), c’est votre choix. Mais je ne vois pas Domi comme un gars de quatrième trio, je le considère simplement comme un centre d’un bon trio.»

Le jeu des confrontations  

Malgré une saison assez difficile, Domi a terminé au troisième rang des meilleurs marqueurs du CH avec 44 points (17 buts, 27 passes) en 71 matchs. Le numéro 13 avait amassé 72 points (28 buts, 44 passes) en 82 matchs à sa première saison à Montréal.

Avec de tels chiffres, Domi n’a absolument pas le profil d’un centre de quatrième trio. Au cours de l’hiver, le fils de Tie avait difficilement caché son mécontentement lorsqu’il a eu comme mandat de jouer à l’aile. Julien aura donc à user de diplomatie pour le convaincre de son utilisation au centre de deux ailiers marginaux en Weise et Weal.

Pour Julien, c’est tout simplement une question de survie. Le CH aura besoin de ses quatre trios pour rivaliser avec la puissante attaque des Penguins.

«Pour avoir une chance de gagner, nous aurons besoin de jouer à un rythme très rapide, a expliqué l’entraîneur en chef. Je n’aurai pas le dernier changement, alors ce ne sera pas facile d’utiliser Danault contre le trio de Crosby ou de Malkin pour toute la soirée. Je n’aurai pas ce luxe. Après Danault, nous avons deux jeunes en Suzuki et Kotkaniemi. Quand tu comptes sur quatre trios bien équilibrés, tu te donnes de meilleures chances.»

«Tu ne peux pas avoir un trio beaucoup plus faible que les autres. Une équipe comme Pittsburgh avec un entraîneur d’expérience (Mike Sullivan) s’assurerait d’exploiter ce trio en envoyant toujours ses meilleures unités. En même temps on sait tous qu’on ne peut pas juste jouer la bataille des confrontations pour tes trios. Il y a un danger de perdre le rythme de ton équipe.»

Sans le dire ouvertement, Julien cherchera également à protéger Kotkaniemi dans cette série face aux Penguins. Il l’a entouré de deux ailiers très fiables défensivement en Byron et Lehkonen. Avec Kotkaniemi au centre du quatrième trio, le Tricolore se retrouverait ainsi avec une unité plus vulnérable.

Marleau au sein d’un troisième trio  

Les Penguins ont deux phénomènes au centre avec Crosby et Malkin, mais ils ont aussi un troisième trio très dangereux avec Jared McCann au centre de deux ailiers expérimentés en Patrick Marleau et Patric Hornqvist.

Et ils ont Brandon Tanev, un ailier très énergétique, au sein de leur quatrième trio. Bref, ils ont les outils pour partir à la guerre.

La formation à l'entraînement:

Attaquants:   

  • Tatar-Danault-Gallagher         
  • Drouin-Suzuki-Armia         
  • Byron-Kotkaniemi-Lehkonen         
  • Weal-Domi-Weise         
  • Poehling-Evans-Belzile       
  • Hudon-Dauphin                

Défenseurs:  

  • Chiarot-Weber         
  • Kulak-Petry         
  • Mete-Ouellet/Fleury        
  • Juulsen-Brook-Folin-Olofsson