Crédit : Douglas DeFelice-USA TODAY Sports

MLS

«MLS is back »: le top 10 de la ronde préliminaire

Publié | Mis à jour

Après trois semaines de soccer de plus en plus relevé, la phase de groupes du tournoi «MLS is back» est maintenant terminée.

Les 36 matchs compris dans cette portion du tournoi auront démontré que la plupart des clubs avaient su garder leurs marques durant la pause de presque quatre mois liée à la pandémie de coronavirus. Dès le premier coup de sifflet, le 8 juillet, lors du match d’ouverture entre Orlando City et l’Inter Miami, l’intensité, le désir de bien faire étaient palpables. Et malgré l’absence de quelques noms importants, comme Carlos Vela (Los Angeles FC), les joueurs ont su se donner en spectacle. 

Le public nord-américain, privé de sport local depuis la mi-mars, a eu de quoi se mettre sous la dent. La MLS a été la première à revenir sur le terrain et elle a livré la marchandise.

À l’approche des huitièmes de finale du tournoi, voici le top 10 de cette ronde préliminaire pleine de drame, de spectacle... et de sueur. ‘Fait chaud en Floride.

Le coup franc parfait 

Le milieu de terrain Lucas Zelarayan a coûté cher au Crew, mais depuis son arrivée avec le club, il justifie largement son prix. Columbus est l’une des meilleures équipes de ce tournoi en partie grâce à lui. L’Argentin a d’ailleurs illuminé le derby contre le FC Cincinnati, en début de compétition, grâce à ce but splendide sur coup franc.

Diego Rossi éclate le Galaxy 

L’ailier Diego Rossi en avait beaucoup sur les épaules, au sein du LAFC, avec le désistement de Vela. L’Uruguayen devenait soudainement le joueur le plus important de l’attaque et allait être surveillé de près par tout le monde. Surtout ses adversaires. Mais Rossi n’a pas semblé trop perturbé: l’athlète de 22 ans a explosé dans l’«El Trafico», contre le Galaxy donc, en devenant le 13e joueur de l’histoire de la MLS à réussir un match de quatre buts, en plus d’ajouter une passe décisive. 

L’éclosion d’Akinola 

Peu d’observateurs connaissaient Ayo Akinola, attaquant du Toronto FC, avant le début du tournoi. Produit de l’académie du club ontarien, le jeune homme a explosé avec une récolte de cinq buts à ses deux premiers matchs dans la compétition, faisant vite oublier l’absence de Jozy Altidore dans le camp torontois. Akinola a notamment marqué trois fois contre l’Impact, mais pour épargner les partisans montréalais un peu, voici son premier but du tournoi, contre D.C. United.

Beric s’annonce 

Le Fire de Chicago a manqué de gaz vers la fin de la phase de groupe, mais l’effectif largement remanié de la formation de l’Illinois a néanmoins distillé un peu de son potentiel durant ses trois matchs. L’attaquant slovène Robert Beric, un ancien de Saint-Etienne en France, est l’une des nouvelles recrues les plus intéressantes. Le voir découper la charnière centrale des Sounders, dans le premier match du Fire, était de toute beauté.

Blake fait la différence 

L’international jamaïcain Andre Blake est sans doute l’un de trois ou quatre meilleurs gardiens de la MLS. Le portier de l’Union a eu son gros mot à dire, lundi, lorsque son équipe est parvenue à soutirer un verdict nul de 1-1 à Orlando City. L’Union a accédé à la phase éliminatoire du tournoi et Blake aura fort à faire alors que le Revolution sera sur son chemin en huitièmes de finale.

Un but à 11 

Le Sporting forme l’une des équipes les plus intéressantes de la ligue en attaque, jusqu’ici, en 2020. La formation du Kansas a bien paru dans le tournoi, s’adjugeant la première place du groupe D. Gerso Fernandes a probablement inscrit le plus beau but du club lors du match de mercredi contre le Real Salt Lake. Après avoir reçu l’aide de TOUS ses coéquipiers, l’ailier y est allé d’une finition impeccable :

Le «come-back» de Pipa 

Lorsque D.C. United a embauché Federico Higuain en mars dernier, pour pas trop cher, ça ressemblait à une bonne affaire même s’il revenait d’une sérieuse blessure à un genou. Celui qui a brillé pendant huit saisons avec le Crew a peut-être 35 ans, mais utilisé de la bonne façon, il pouvait encore certainement aider une équipe de la MLS. Ce fut le cas à Orlando : par deux fois, il est venu marquer un gros but en tant que remplaçant. Bref : Higuain a encore de l’essence dans le réservoir et lorsqu’il saute sur la pelouse, c’est toujours une mauvaise nouvelle pour l’adversaire. 

Salinas traverse les Whitecaps 

Les Earthquakes ont terminé au premier rang du groupe B et ça, peu d’observateurs auraient pu le prédire. Cette position, ils la doivent entre autres à leur victoire de 4-3 obtenue aux mains des Whitecaps, après avoir comblé un déficit de 3-1. C’est le latéral gauche Shea Salinas, entré comme remplaçant, qui était venu couronner la remontée des ‘Quakes en toute fin de match grâce à une manoeuvre spectaculaire.

Un joueur à surveiller 

L’Impact affrontera Orlando City, samedi, en huitièmes de finale. Le club montréalais devra garder l’œil sur l’incontournable joueur désigné Nani, qui reste très dangereux malgré les années qui passent, mais il faudra aussi surveiller l’ailier Chris Mueller. L’Américain, qui pourrait se gagner un essai en équipe nationale à force de jouer de la sorte, a mis deux buts au New York City FC lors du deuxième match des «Lions». Il est fort techniquement, il est en confiance, et il est affamé. Dangereux...

La frappe d’Amaya 

Le FC Cincinnati, deuxième du groupe E, est une autre surprise dans ce tournoi. Dans un groupe qui comportait aussi Columbus, Atlanta et les Red Bulls, on n’imaginait pas «Cincy» s'en sortir. C’est pourtant ce qui est arrivé et ce très gros but du jeune Frankie Amaya, contre Atlanta, aura contribué à faire la différence :

Le boni : 

Les Whitecaps avaient besoin de l’emporter par deux buts contre Chicago, jeudi, pour passer en huitièmes. C’est grâce au sous-estimé Yordy Reyna qu’ils y sont parvenus : entré comme remplaçant à la 65e minute, le Péruvien a offert un but, puis une passe décisive. Le tour était joué.