Impact de Montréal

Le meilleur est-il à venir pour l'Impact?

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Après trois rencontres de groupe, l’Impact joue un premier match éliminatoire, samedi soir, en affrontant l’Orlando City SC en huitièmes de finale du tournoi de reprise de la MLS.

La rencontre sera d'ailleurs présentée à TVA Sports, dès 19h30.  

Orlando est une machine apparemment bien huilée qui n’a pas subi d’échec lors de la phase de groupe avec une fiche de deux victoires et un verdict nul.

La formation de la Floride a de plus été drôlement efficace avec une récolte de six buts, pour une moyenne de deux buts par match.

«Ils vont bien depuis le début du tournoi. Nous avons bien commencé la saison, ç’a été difficile dans le tournoi, mais nous avons bien terminé la phase de groupe», a soutenu Thierry Henry.

L'entraîneur-chef de l'Impact réservait d'ailleurs une petite surprise à ses opposants floridiens, samedi soir, alors qu'il a décidé de titulariser Orji Okwonkwo aux dépens de Maxi Urruti. 

Voici le onze partant choisi par Henry: 

Conditions      

Comme le mentionnait Henry jeudi, l’Impact a eu la chance de jouer tous ses matchs en soirée et n’a peut-être pas autant subi les conditions de jeu difficiles auxquelles d’autres équipes ont été confrontées.

N’empêche qu’il reconnaît qu’Orlando a l’avantage de connaître le milieu.

«Ses joueurs sont à la maison. Ce n’est pas une excuse, mais ils sont habitués à s’entraîner et à jouer dans l’humidité et la chaleur.»

Cela dit, leur avantage devrait s’arrêter là puisque, selon Bojan, le fait de jouer à domicile ne devrait pas changer grand-chose pour les locaux.

«Je ne crois pas que ce sera un avantage pour Orlando puisqu’il n’y aura pas de partisans.»

Jeu défensif      

Lors des deux premiers matchs du tournoi, Thierry Henry a opté pour une défense à trois arrières centraux, et l’équipe a paru déséquilibrée. La preuve, l’Impact a accordé cinq buts.

Contre le D.C. United, Henry est revenu à un système à quatre arrières ; plus conventionnel, mais aussi plus efficace.

«Je préfère jouer à quatre parce que j’ai grandi dans ce système, a admis Luis Binks. Je ne dis pas que je n’aime pas jouer à trois, mais j’ai encore beaucoup d’apprentissage à faire dans ce système.»

«On a démontré qu’on est capables de bien se défendre à quatre, le jeu blanc le démontre.»

Luis Binks -

Juste milieu      

Thierry Henry a convenu qu’il est important de trouver un bon équilibre dans la recherche de l’identité de l’équipe.

«Nous devons trouver un bon équilibre. On a eu beaucoup de possessions contre Toronto, nous avons créé des choses, mais nous n’avons pas bien paru défensivement.»

«Contre D.C., on a été solides défensivement, mais moins efficaces en attaque.»

L’idée, maintenant, c’est de trouver le juste milieu entre une bonne production offensive et un jeu défensif de qualité.

Montée      

Lentement mais sûrement, l’Impact commence à monter en puissance. C’est aussi le constat que font les joueurs.

«Nous nous sommes améliorés d’un match à l’autre et j’ai l’impression que le meilleur est à venir», a mentionné Binks.

C’est aussi ce qu’a constaté Chris Mueller, le jeune attaquant d’Orlando qui a déjà trois buts à son actif.

«Ils sont en voie de devenir une bonne équipe. Les choses ne se sont pas bien passées au début, mais ils ont bien contrôlé le match contre D.C.»

«Je m’attends à ce que ce soit une bonne bataille. Nous sommes deux équipes qui échangeons bien les coups.»

Bonne équipe      

Les hommes en bleu-blanc-noir le savent, ils vont affronter une bonne équipe.

«Il y a beaucoup de qualités de notre côté du tableau avec Los Angeles FC et Orlando.

«Ce sera difficile avec Nani, Dom Dwyer et Chris Mueller», a noté Binks.

«C’est une équipe qui a des joueurs de qualité en attaque, c’est probablement une de ses forces. Si on peut museler son top 3, qui a été l’un des meilleurs du tournoi, nous serons en bonne posture.»

Il faudra surtout être prudent dans le dernier tiers de la rencontre, là où Orlando est le plus dangereux, puisque les «Lions» ont marqué quatre de leurs six buts après la 70e minute.

Mais Rod Fanni estime que l’Impact est en bonne position, ne serait-ce que parce que tout le monde joue librement.

«Je crois qu’il y a plus de pression sur Orlando qu’il y en a sur nous. Ça veut dire que nous sommes une équipe dangereuse.»

**********************

Belle reprise      

Nombreux sont ceux qui avaient des doutes sur la solidité de la bulle de la MLS quand le FC Dallas et le Nashville SC ont été contraints de déclarer forfait dès la première semaine en raison d’éclosions de COVID-19.

Pourtant, depuis cette première semaine, les choses se déroulent rondement, et plus rien d’inquiétant ne se passe.

De fait, même s’il y a eu des craintes chez le Toronto FC et le D.C. United, celles-ci se sont avérées non fondées. Et depuis le départ de Nashville et de Dallas, aucun nouveau cas n’a été déclaré parmi toutes les équipes présentes à Orlando.

«Wondo» va y repenser      

Chris Wondolowski, des Earthquakes de San Jose, devait prendre sa retraite au terme de la saison 2020. Le vétéran de 37 ans n’en est plus si sûr.

«Mon idée était faite, ça devait être ma dernière saison, mais honnêtement, je vais réévaluer la situation à la fin de la saison», a-t-il indiqué à ESPN.

«Au début de la saison, je ne pensais pas que j’en serais là. Pas plus qu’il y a quatre mois. Mais si c’est ma dernière saison, je suis satisfait.»

«Wondo» est le meilleur buteur de l’histoire de la Major League Soccer avec 161 buts.

L’heure de la revanche      

L’affrontement en huitièmes de finale contre les Sounders de Seattle aura un goût de revanche pour le Los Angeles FC (LAFC). L’équipe du sud de la Californie n’a pas digéré son élimination dans les séries éliminatoires, l’an passé.

Rappelons les faits. Le LAFC était le grand favori pour remporter la Coupe MLS, mais les Sounders sont allés remporter une victoire de 3 à 1 au Banc of California Stadium en finale de l’Association Ouest. Les Sounders ont ensuite remporté la Coupe MLS devant leurs partisans.

«Nous sommes fébriles à l’idée de les affronter, considérant ce qui s’est passé l’an dernier, a convenu Mark-Anthony Kaye. Mais nous n’accordons pas trop d’importance à l’équipe que nous affrontons. Nous sommes seulement heureux de pouvoir jouer un autre match de foot.»

Bonne glissade      

L’Atlanta United FC, le Galaxy de Los Angeles et les Red Bulls de New York n’ont pas franchi la phase de groupe, qui l’eût cru ?

Probablement personne. Pourtant, c’est bien ce qui est arrivé, et les trois équipes ont connu une phase préliminaire plutôt atroce.

Atlanta a fini dernier du groupe E avec trois défaites, toutes par blanchissages. L’absence de Josef Martinez a fait très mal. Juste devant, les Red Bulls ont remporté une victoire et subi deux échecs. Ils n’ont marqué qu’un seul but et sont à la recherche d’un buteur.

Dans le groupe F, on retrouve le Galaxy au tout dernier rang avec deux défaites, dont une de 6 à 2 contre le LAFC, et un match nul.

Paulson confiant      

Le propriétaire des Timbers de Portland, Merritt Paulson, n’a pas la langue dans sa poche et n’hésite pas à exprimer le fond de sa pensée.

Il a dit avoir confiance que la saison 2020 de la MLS puisse reprendre son cours une fois le tournoi de reprise terminé.

«Il va falloir penser aussi fort, sinon plus, pour établir un plan pour la seconde partie de la saison et il y a beaucoup plus de variables. Je sais que la ligue travaille sans arrêt afin d’établir un plan. Il y a des défis, mais je suis confiant», a-t-il dit à ESPN.