MOT-NAS-150432689

Crédit : Getty Images/AFP

F1

Clin d’œil à Villeneuve

Louis Butcher

Publié | Mis à jour

Pour compenser la perte en 2020 des courses prévues sur le continent américain en raison de la pandémie, dont le Grand Prix du Canada, les autorités de la F1 ont annoncé vendredi l’ajout de trois nouvelles épreuves au calendrier, toutes disputées en Europe.

C’est ainsi que le grand cirque de la F1 va renouer avec deux tracés (Nürburgring et Imola) qu’il n’avait pas visités depuis des années et surtout découvrir le circuit de Portimao, en Algarve, du 23 au 25 octobre.

Cette dernière destination marque le retour du Grand Prix du Portugal après 24 ans d’absence, une épreuve qui était toutefois présentée sur le circuit d’Estoril à l’époque.

Certains d’entre vous se souviendront certes que c’est à cet endroit, le 22 septembre 1996, que Jacques Villeneuve, à son année recrue, allait inscrire la quatrième victoire de sa carrière en F1 à bord de sa Williams-Renault.

Manœuvre d’anthologie

Mais c’est davantage de son dépassement aux dépens d’un certain Michael Schumacher dont il sera question après qu’il eut rallié l’arrivée au premier rang. Une manœuvre d’anthologie, rien de moins, qui rappelle de bons souvenirs au pilote québécois.

Pendant qu’il se met à la poursuite de son coéquipier Damon Hill, alors premier, il doit d’abord écarter Schumacher de son passage pour accéder au second rang. La manœuvre très audacieuse surviendra au 16e des 70 tours.

Dans un virage rapide menant à la ligne de départ/arrivée, Schumacher, gêné par Jean Alesi, lève le pied légèrement et Villeneuve voit l’occasion pour le surprendre. De l’extérieur par surcroît. Il couronnera sa remontée par la suite pour devancer Hill à l’arrivée. Schumacher les accompagnera sur le podium.

«Je n’avais rien à perdre»

En conférence de presse après la course, Villeneuve a expliqué qu’il voulait prouver à son équipe qu’un dépassement était possible dans cette courbe.

«On ne me croyait pas, a-t-il déclaré. Pendant la fin de semaine, j’avais dit à des membres de mon écurie qu’il était possible de doubler à cet endroit précis. Or, des mécaniciens m’avaient répondu : “On ira te ramasser à la pelle contre la barrière métallique.”»

«J’ai prouvé le contraire, a raconté Villeneuve. J’avais le goût d’essayer et au fond, je n’avais rien à perdre. Ou je battais Hill ou je perdrais toute chance de remporter le championnat.»

«Mon expérience sur les circuits ovales m’a bien servi», a raconté celui qui, l’année précédente, avait remporté la célèbre classique des 500 Milles d’Indianapolis.

Trois semaines plus tard, après son exploit à Estoril, Villeneuve devait toutefois s’incliner face à son coéquipier Hill qui confirmait, au Japon, son championnat du monde.

Mais ce n’était que partie remise. Le Québécois lui succéderait la saison suivante.

Avec spectateurs?

Si les huit premières courses de la saison 2020 se déroulent sans spectateurs en F1, il pourrait en être autrement pour les cinq suivantes, dont le Grand Prix du Portugal.

C’est du moins le souhait du patron de la F1.

«Nous espérons que la situation actuelle va s’améliorer au cours des prochaines semaines, a déclaré Chase Carey. Nous souhaitons revoir nos amateurs sur les circuits le plus rapidement possible pendant cette période inédite.»

«Nous aimerions aussi rendre hommage à tous nos partenaires en Amérique et nous avons hâte d’y retourner en 2021.»

À déterminer

Deux courses sont prévues à Bahreïn en novembre et la finale à Abou Dhabi au début de décembre.

Avec seulement une semaine d’intervalle entre les épreuves de Portimão et d’Imola (2400 km séparent les deux circuits), la F1 testera pour la première fois une nouvelle formule écourtée. Afin de donner une journée de répit au personnel de la F1, le Grand Prix d’Émilie-Romagne se déroulera sur deux jours au lieu de trois, le samedi 31 octobre et le dimanche 1er novembre.

Source : Formula1.com