FBN-SPO-DALLAS-COWBOYS-V-WASHINGTON-REDSKINS

Crédit : AFP

NFL

Alex Smith, le miraculé

Publié | Mis à jour

Après avoir failli perdre sa jambe droite à la suite d’une sévère blessure subie en 2018, le quart-arrière de Washington, Alex Smith, a reçu le feu vert des médecins afin de reprendre l’entraînement avec ses coéquipiers.

C’est pratiquement un miracle : l’athlète de 36 ans avait non seulement subi une fracture du tibia et du péroné, en novembre 2018, mais il a en plus dû combattre la bactérie mangeuse de chair quelques jours après avoir été opéré. Il aurait pu perdre la vie, et certainement sa jambe, mais il a graduellement repris le dessus.  

Pouvoir utiliser sa jambe droite normalement aurait été une grande victoire, mais Smith est allé plus loin en guérissant si bien que l’équipe de chirurgiens qui s’occupe de lui a récemment confirmé qu’il pouvait reprendre ses activités régulières dans le football.

Selon ce que rapportait ESPN, vendredi, Smith en était à passer des tests de dépistage pour la COVID-19 dans le but de retrouver ses coéquipiers.

«Les entendre dire qu’ils (les médecins) n’allaient pas me restreindre – je pourrais aller skier ou faire de la planche à neige demain si je le voulais – et en plus, obtenir le feu vert pour aller m’entraîner, avec contact, que j’étais guéri, c’était fou à entendre», a avoué Smith à ESPN.

«Je ne savais pas si j’allais entendre ces mots un jour», a-t-il ensuite admis.

Le quart-arrière avait l’objet d’un documentaire d’ESPN au sujet de sa blessure et de sa récupération, plus tôt cette année. Il y aura évidemment une suite.

Smith, dont le contrat est bon jusqu’en 2022, admet qu’il n’en est qu’à la première étape de son retour à l’action.

«Pour moi, tout est tourné vers l’entraînement, a-t-il expliqué. C’est la prochaine étape. Je dois me prouver à moi-même, et à tout le monde que je peux participer aux entraînements.»

Smith a aussi commenté le récent changement de nom de l’organisation de Washington, qui a laissé tomber le «Redskins», jugé raciste. 

«Je suis fier de voir l’organisation faire un changement et je pense que mes coéquipiers le sont aussi», a-t-il indiqué.

Quant aux allégations de 15 employées de l’organisation qui auraient, selon ce que rapporte le Washington Post, été victime de harcèlement sexuel dans le passé, Smith s’est dit «embarrassé» et «dégoûté» et en a appelé à un changement de culture.