Coyotes c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Max Domi rassuré et convaincu

Publié | Mis à jour

En raison de son diabète, Max Domi a dû mûrir sa décision avant de rejoindre ses coéquipiers. Un processus de quelques jours, ponctués de plusieurs questions et observations. Une démarche importante, car, pour lui, pas question de revenir en arrière.

«J’ai pris ma décision, je suis ici et ça ne changera pas. J’ai hâte de commencer», a lancé l’attaquant de 25 ans, au terme de sa deuxième journée d’entraînement avec ses coéquipiers.

«J’ai eu plusieurs conversations avec des médecins, la ligue, l’équipe et l’association des joueurs. Mon agent était également très impliqué. C’était une question de temps avant de détenir suffisamment d’informations pour aller de l’avant, a-t-il ajouté. D’ailleurs, le Canadien de Montréal a été très compréhensif dans cette situation unique. Berg (Marc Bergevin) et les autres membres de l’organisation m’ont fait sentir à l’aise.»

Évidemment, puisqu’il court un risque de développer des complications plus intenses advenant une infection à la COVID-19, Domi souhaitait également voir de quelles façons les protocoles mis en place allaient être appliqués et les consignes sanitaires respectées. Il a été convaincu.

«C’est nouveau pour tout le monde. Personne ne sait à quoi s’attendre, a lancé l’attaquant. Cependant, dès le premier jour, l’équipe a très bien géré la situation. Il n’y a pas d’endroit plus sécuritaire qu’ici.»

Il semble que ce soit le cas partout à travers le circuit. Lundi soir, la LNH a annoncé avoir dépisté seulement deux cas de COVID-19 sur les 2618 tests administrés à quelque 800 joueurs depuis le début de la phase 3.

Une inspiration pour Chiarot

Bien qu’il semble mettre sa santé en jeu, l’Ontarien refuse de passer pour un héros ou de servir de modèle et d’inspiration.

«Tout le monde prend un risque. C’est une pandémie qui touche tout le monde, a-t-il indiqué. C’est ma décision. Je ne dis pas aux autres diabétiques quoi faire. Mais j’y ai pensé longtemps, j’ai pesé mes options et je suis content d’être ici.»

Sauf que ses coéquipiers ne voient pas la situation du même oeil. Ben Chiarot, qui s’est présenté en visioconférence quelques instants plus tôt, a tenu à louanger le courage de Domi.

«Le risque qu’il prend est différent de celui que nous prenons. Être loin de sa famille et de ses amis n’est rien à côté de sa situation, a souligné le défenseur. Ce n’était certainement pas une décision facile à prendre. Ça veut dire beaucoup pour les gars et moi. Nous sommes heureux qu’il soit ici.»

À son meilleur dans quelques jours

Le désir de prendre enfin part à ses premières séries éliminatoires après cinq saisons dans la LNH (même si pour l’instant, il est seulement question de ronde de qualification) a sans doute pesé dans la balance.

«On est tous ici pour le même but. On rêve tous de gagner. Je veux faire partie d’une culture de gagnants. On a un groupe spécial. On va profiter au maximum de notre situation et travailler fort tous les jours. Les gars ont l’air en forme et en confiance. Quand on est sur une lancée, on peut battre n’importe qui», a soutenu Domi.

Et il semble que Claude Julien aura un rôle important à lui confier. Pour l’instant, on ignore sur quel trio évoluera Domi. Toutefois, si l’on se fie aux entraînements des deux derniers jours, il évoluera sur l’une des deux unités de l’attaque massive. Mardi, il se trouvait sur la seconde, en compagnie de Jesperi Kotkaniemi, Joel Armia, Jordan Weal et Jeff Petry.

Ne reste plus qu’au principal intéressé à retrouver la forme. Ce qu’il devrait être en mesure de faire, estime-t-il, d’ici la fin de la semaine.

«Les gars ont quelques jours d’avance sur moi. Je ne veux pas être un boulet quand les matchs s’amorceront. [Lundi], c’était la première journée, c’était un peu plus difficile. [Mardi], ça allait déjà beaucoup mieux. Je suis sûr que tout le monde sera à son meilleur lorsqu’on affrontera les Penguins.»