LNH

Trophée Hart: les finalistes dévoilés

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Meilleur pointeur de la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2019-2020, l’attaquant des Oilers d’Edmonton Leon Draisaitl figure parmi les trois finalistes à l’obtention du trophée Hart, remis au joueur par excellence en saison régulière.

Tout comme c’est le cas pour le trophée Ted-Lindsay, qui récompense l’athlète de la LNH le plus méritant aux yeux de ses pairs, le joueur d’avant fera la lutte à Nathan MacKinnon et Artemi Panarin, respectivement de l’Avalanche du Colorado et des Rangers de New York.

L’Allemand a connu une campagne exceptionnelle aux côtés de son coéquipier Connor McDavid, les deux hommes occupant les deux premières places dans la course au Art-Ross. C’est finalement Draisaitl qui a eu le meilleur avec 110 points, soit 13 de plus que son capitaine.

«Je pense que tous les joueurs essaient de devenir meilleurs tous les étés et je ne suis pas différent, a réagi Draisaitl, selon le site officiel de la Ligue. J’essaie de faire ça tous les étés. Cette saison, ça semble avoir fonctionné, et j’espère que ça pourra continuer pendant les séries éliminatoires.»

Le joueur de 24 ans a touché la cible 43 fois en 71 matchs, aidant les siens à prendre le deuxième rang de la section Pacifique à l’interruption de la campagne.

De son côté, MacKinnon a totalisé 35 filets et 58 aides pour 93 points en 69 affrontements. L’ancien des Mooseheads de Halifax dans la LHJMQ était en bonne position pour fracasser la barrière de la centaine une première fois.

MacKinnon, qui a aidé les siens à prendre part aux éliminatoires pour une troisième saison consécutive, a cumulé pas moins de 43 points de plus que Cale Makar (50), deuxième pointeur de l’équipe cette saison. La dernière fois que les deux meilleurs pointeurs d’une même équipe avaient été séparés par autant de points, c’était en 2007-2008. Alexander Ovechkin (112) avait alors également devancé Nicklas Backstrom (69) par 43 points à la tête des pointeurs de Capitals de Washington.

Enfin, Panarin a réussi ses débuts avec les «Blueshirts», le Russe amassant 95 points, dont 32 buts, en 69 sorties. L’été dernier, il avait accepté un contrat de sept ans et de 81,5 millions $.

«Je suis vraiment surpris. Même quand la saison a été interrompue, je n’ai jamais pensé que j’aurais été nommé pour quoi que ce soit, a dit Panarin au site officiel de son équipe. Alors ça représente beaucoup pour moi, et ça me surprend beaucoup. Mais c’est beaucoup plus important pour ma famille et mes proches.»