Crédit : Photo d'archives, Ben Pelosse

Canadiens de Montréal

Price: une idée pour contrer Crosby et Malkin

Publié | Mis à jour

Carey Price a toujours éprouvé un sentiment particulier en affrontant les Penguins. Probablement parce que c’est contre cette équipe qu’il a disputé son premier match et remporté sa première victoire dans la LNH. Ça ne l’empêche pas d’être conscient qu’il faudra plus que des souvenirs heureux et un sentiment de bien-être pour éliminer Sidney Crosby et ses amis.

«Nous devrons jouer au sommet de nos capacités. Je vais sauter sur la glace et accomplir mon travail. Je n’essaierai pas d’en faire trop. On gagne et on perd en équipe. Ça a toujours été comme ça», a indiqué le gardien du Canadien, lundi. 

«C’est certain que je pourrais influencer positivement nos chances de gagner en faisant un gros arrêt, mais nous aurons besoin de la contribution de tout le monde pour gagner», a-t-il continué. 

Curieusement, au cours des deux dernières campagnes, le Tricolore s’est bien tiré d’affaire face aux Penguins. Depuis 2018-2019, il présente un dossier de 3-2-1 contre cette équipe de la Pennsylvanie. 

«On a simplement bien joué contre eux. Quand on est à notre mieux, on croit être en mesure d’affronter n’importe quelle équipe dans cette ligue. Les Penguins sont effectivement une formation très talentueuse, mais on croit en nos habiletés.» 

Pour illustrer son propos, Price est remonté jusqu’au printemps 2010, année où le Canadien avait surpris les Capitals et les Penguins en séries éliminatoires. 

«Affronter deux des meilleurs joueurs de la LNH est un défi excitant. Je me souviens de les avoir affrontés une fois en séries éliminatoires. Ça avait été une série plaisante à regarder», a poursuivi le Britanno-Colombien, alors l’adjoint de Jaroslav Halak. 

Restez à l’hôtel 

Pour augmenter ses chances de surprendre la planète hockey, le Canadien devra améliorer sa tenue en infériorité numérique. L’an dernier, avec tous les effectifs en grande forme, l’attaque massive des Penguins a été sans pitié pour ses adversaires, inscrivant pratiquement un but à chacune des quatre occasions (24,6 %). 

Cette saison, les Penguins ont été plus discrets (19,9 %), mais les absences de Jake Guentzel (29 matchs), Crosby (28 matchs), Malkin (11 matchs) et Letang (8 matchs) ne sont pas à négliger. 

Alors, Carey, comment faire pour neutraliser tous ces gros canons lorsqu’ils manœuvrent avec l’avantage d’un homme? 

«Peut-être pourrait-on leur demander gentiment de rester à l’hôtel? a-t-il répondu, sourire en coin. 

«Ou peut-être pourrions-nous travailler en groupe pour diminuer leur temps et leur espace? a-t-il suggéré. La recette la plus répandue pour museler une attaque massive consiste à appliquer de la pression aux moments opportuns et à effectuer des arrêts de qualité.»