Crédit : Photo AFP

F1

Dur... dur pour Nicholas Latifi

Publié | Mis à jour

Tout avait pourtant bien commencé pour Nicholas Latifi au Grand Prix de Hongrie, dimanche, à bord de sa Williams.

Parti de la 15e place sur la grille de départ, le pilote canadien, à son troisième départ à vie en F1, s’était hissé au 10e rang à l’issue du premier tour.

Mais tout s’est gâté par la suite quand il s’est arrêté, au troisième tour, pour changer ses pneumatiques.

En voulant quitter trop rapidement son emplacement, Carlos Sainz (McLaren) était déjà engagé dans la sortie de la ligne des puits de ravitaillement.

Les deux monoplaces se sont touchées et c’est Latifi qui a écopé. Victime d’une crevaison après cette touchette, il a été victime d’un tête-à-queue quelques mètres après son entrée en piste.

Le mal était fait. Latifi n’a jamais pu reprendre le terrain perdu.

Il a terminé 19e et bon dernier parmi les pilotes qui ont rallié l’arrivée. À cinq tours du vainqueur Lewis Hamilton.

Le Français Pierre Gasly (AlphaTauri) a été le seul pilote à abandonner la course, au 16e tour.

«Il faut se ressaisir à Silverstone»

«Ce sont des choses qui peuvent arriver quand la ligne des puits devient très occupée, a commenté Latifi. C’est dommage que cet incident ait bousillé mon bon départ.»

Comme la plupart des pilotes, le Torontois a choisi de rentrer dès les premiers tours de la course pour changer ses pneumatiques de «pluie» pour les remplacer par des «slicks» ou sans rainure.

«Après mon dérapage, a-t-il expliqué, j’ai pu rentrer au puits, mais en roulant avec un pneu à plat, j’ai endommagé ma voiture. Mon défi, par la suite, a été de maintenir ma trajectoire de piste, même si la monoplace était vraiment capricieuse et difficile à piloter.»

«Ce n’était pas un bon jour pour nous, mais ça fait partie de mon apprentissage. Il y a quand même certaines leçons positives à tirer de cette expérience.»

«Il faut se ressaisir à Silverstone», a conclu Latifi.

Les deux prochaines courses de F1 auront lieu en Grande-Bretagne les 2 et 9 août.

Son coéquipier George Russell s’est classé juste devant lui, à la 18e place, au Grand Prix de Hongrie, quoique le jeune espoir britannique n’a concédé qu’un tour à son compatriote Hamilton.

Seulement les cinq premiers à l’arrivée ont parcouru les 70 tours réglementaires au circuit du Hongaroring.