Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Qui complètera le top 4 face aux Penguins?

Publié | Mis à jour

Le Canadien a trois défenseurs fiables en Shea Weber, Jeff Petry et Ben Chiarot. Si on peut présumer que Weber se retrouvera avec Chiarot, c’est plus nébuleux pour identifier le prochain partenaire de Petry.

En 71 matchs cette saison, Petry a joué principalement avec trois défenseurs : Brett Kulak, Ben Chiarot et Victor Mete. 

Des trois, Kulak a représenté son compagnon le plus fidèle à cinq contre cinq avec un temps de jeu cumulatif de 543 minutes.

Depuis le début du camp, Kulak n’a toujours pas foulé la glace à Brossard. Il est l’un des deux mystérieux absents de l’équipe avec Xavier Ouellet.

Mete, quant à lui, a ouvert le camp à la gauche de Petry, mais il n’a pas participé aux deux derniers entraînements avec le groupe régulier. 

Du temps précieux

Le petit numéro 53 s’est contenté d’exercices avec Phillip Danault, Ryan Poehling, Cale Fleury et Cayden Primeau avant les entraînements de vendredi et de samedi.

Dans un contexte où il n’y aura qu’un seul match préparatoire contre les Maple Leafs à Toronto, Petry perd du temps précieux pour s’adapter à son prochain partenaire. L’Américain de 32 ans n’y voit toutefois pas encore un enjeu.

«Non, pas maintenant. Ce n’est pas un problème, a répliqué Petry. Je veux me préparer, je travaille fort dans les entraînements. 

«Le 1er août, les choses tomberont en place pour les duos à la ligne bleue. C’est comme une nouvelle saison, nous devons bien communiquer. Quand ça partira, ça partira rapidement. Les matchs seront très importants dès le départ.»

Crédit photo : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Juste des spéculations

Lors d’un rapide match intraéquipe samedi, Petry a patiné aux côtés du Suédois Gustav Olofsson, un défenseur qui a joué trois matchs avec le CH cette saison et 57 rencontres avec le Rocket de Laval.

Comme c’était à prévoir, Claude Julien n’a pas voulu s’aventurer sur le dossier des possibles absences de Kulak ou de Mete face aux Penguins.

«On parle de spéculations, a répondu l’entraîneur en chef. On ne peut pas offrir plus de détails. Ce n’est pas une inquiétude, il reste encore plusieurs jours avant les séries. On fera des ajustements.»

Deux centres exceptionnels

Petry restera un morceau très important du casse-tête de Julien. À un temps de jeu moyen de 23 min 38 s, il était le deuxième joueur le plus utilisé cette saison, tout juste derrière Weber (24 min). 

Pour le tour des qualifications face aux Penguins, Petry aura très peu de temps pour reprendre son souffle. Et il croisera souvent Sidney Crosby ou Evgeni Malkin sur la patinoire.

«Ils sont deux joueurs d’élite, a dit Petry. Les Penguins ont deux centres remarquables. Crosby et Malkin sont très forts, ils ne sont pas faciles à ralentir et ils peuvent fabriquer des jeux d’un peu partout. 

«Ils sont des joueurs spéciaux avec beaucoup de talent. Nous devrons bien jouer contre eux.»

Rien d'impossible

À l’image de Brendan Gallagher, Petry croit qu’il n’y a rien d’impossible pour son équipe.

«Oui, j’aime nos chances, a mentionné l’Américain. Nous avons bien joué contre les Penguins. Si nous pouvons jouer comme nous l’avions fait contre de bonnes équipes cette saison (1-1-1), il n’y a pas de raison de croire que nous ne pourrons pas rivaliser avec eux.»

Les plus sceptiques diront toutefois, avec justesse, que Petry et ses coéquipiers n’ont pas le choix de dire qu’ils aiment leurs chances face aux Penguins. Dans l’histoire du hockey, jamais un joueur n’a dit qu’il pensait se faire balayer en séries.

Absent vendredi, Paul Byron avait retrouvé sa place à l’entraînement à l’aile gauche de Jesperi Kotkaniemi et Artturi Lehkonen.