Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens de Montréal

Un doute dans l'esprit de Kotkaniemi

Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Claude Julien, Shea Weber, Phillip Danault, Tomas Tatar et Brendan Gallagher ont tous décrit le tour des qualifications contre les Penguins de Pittsburgh comme une seconde vie. Pour le Canadien, c’est une chance inespérée de racheter une saison atroce.

Pour Jesperi Kotkaniemi, c’est une chance d’effacer une deuxième saison des plus difficiles dans la LNH. Il n’y a pas juste un enjeu collectif pour Kotkaniemi, il y a un enjeu personnel. 

À sa sortie de l’entraînement vendredi, le Finlandais de 20 ans n’avait toutefois pas l’intention de jouer cette carte. Seul dans la salle de conférence, Kotkaniemi n’avait pas son sourire habituel. Il avait un air des plus sérieux en répondant aux questions des journalistes pour une première fois depuis sa blessure à la rate subie le 6 mars lors d’un match du Rocket contre les Monsters de Cleveland.

«J’ai tenté d’oublier la saison, je veux repartir à zéro, a murmuré Kotkaniemi lors d’une visioconférence. J’ai replacé ma tête et mon corps pour les séries. J’espère être dans la formation quand les matchs vont commencer.»

À ce cinquième jour du camp, Kotkaniemi a sa place dans la formation de Claude Julien comme troisième centre. Julien a aussi pris le temps de l’encenser pratiquement sur une base quotidienne, notant une nette amélioration avec son coup de patin.

Il y a toutefois un doute dans son cas. Un doute provoqué par l’absence de Max Domi au camp en raison de ses inquiétudes par rapport à son diabète de type 1.

Questionné à savoir si son sort pouvait dépendre de celui de Domi, le numéro 15 est resté assez de glace.

«Je fais de mon mieux ici tous les jours, a-t-il répliqué. On verra où ça va me mener. Si je ne suis pas dans la formation, c’est correct, j’encouragerais les gars quand même. Peu importe ce qui arrivera, je serai content de faire partie de l’équipe.»

Travailler sur son patin 

Troisième choix au total à l’encan de 2018, Kotkaniemi avait contrecarré les propres plans du CH en faisant le saut dès l’âge de 18 ans à Montréal. À sa première saison, le centre de 6 pi 2 po avait connu des statistiques très respectables avec 34 points (11 buts, 23 passes) en 79 matchs.

Il y avait encore plus d’attentes pour sa deuxième année. Mais celui qu’on surnomme KK a frappé un mur. En 36 matchs avec le CH, il a récolté seulement 8 points (6 buts, 2 passes) et affiché un dossier de -11. Il a terminé la saison sous la gouverne de Joël Bouchard avec le Rocket de Laval où il a amassé 13 points (1 but, 12 passes) en 13 rencontres.

Un détour dans la Ligue américaine ne figurait certainement pas dans ses plans. De cette deuxième saison en Amérique du Nord, le jeune centre a retiré plusieurs leçons, mais une plus importante que les autres.

«J’ai appris un peu de tout. Tout le monde sait que mon patin n’est pas mon point fort. J’y ai travaillé cet été. C’était la plus grosse chose à améliorer. J’espère que ça m’aidera pour les séries et l’an prochain.»

Dans le bon chemin 

Julien a déjà noté des points très positifs dans le jeu de Kotkaniemi.

«Ce qu’il faut reconnaître, sans rentrer trop en détail, c’est qu’il n’a pas connu un gros début de saison, a rappelé l’entraîneur en chef. Il ne faut pas oublier qu’il a eu une opération à un genou (avril 2019). Il n’a pas eu l’occasion de récupérer à 100% pour le camp. Son patin n’était pas au même niveau qu’en ce moment. Quand tu ne patines pas aussi bien, tu ne gardes pas le rythme du jeu et l’adversaire t’enlève la rondelle plus facilement. Il pouvait devenir frustré. Ces choses-là font boule de neige. C’est ce qui est arrivé avec lui.»

«Présentement, je vois un jeune joueur en bien meilleure santé, il patine bien et il a tout un tir, ce sera un de ses atouts dans le futur. Il y a beaucoup de qualités dans son jeu qui semblent indiquer qu’il s’en va dans la bonne direction. Il est arrivé ici en bonne forme et j’aime le chemin qu’il prend. C’est encourageant.»

Rétabli de sa blessure à la rate qui devait le contraindre à s’absenter pour le reste de la saison avec le Rocket, Kotkaniemi n’a pas voulu préciser la gravité de ce récent malaise. Il a simplement dit qu’il était en parfaite santé maintenant.