Crédit : AFP

LNH

Du travail particulier à faire chez les Leafs

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Maple Leafs de Toronto, Sheldon Keefe, est bien conscient que si sa troupe souhaite réaliser un parcours éliminatoire fructueux, elle devra peaufiner sa défensive.

Les Leafs auront certes l’avantage d’évoluer à la maison durant la phase 4 du plan de reprise des activités de la Ligue nationale de hockey (LNH). Cependant, ce privilège ne leur garantit pas du succès, pas même contre les Blue Jackets de Columbus, leurs rivaux en ronde de qualification. 

Ceux-ci n’ont inscrit que 180 buts en 70 matchs durant la campagne; seuls les faibles Kings de Los Angeles et Red Wings de Detroit ont été moins productifs. À Toronto, quelques-uns pourraient croire que la tâche sera facile, mais les hommes de Keefe ont concédé 227 buts. Quatre formations de la LNH ont fait pire qu’eux.

Les représentants de la Ville Reine miseront maintenant sur leurs six meilleurs défenseurs, mais encore faut-il s’améliorer collectivement, en unité de cinq joueurs.

«Cela nous donne différentes options pour essayer plusieurs choses. Nous disposerons d’une plus grande profondeur et on se préoccupera moins des confrontations. Par contre, notre message au cours du camp, c’est que ça ne concerne pas seulement les arrières. Nos attaquants doivent travailler davantage afin de constituer un groupe de cinq gars en mesure de se défendre dans chaque zone. Beaucoup de cela repose sur les épaules des joueurs d’avant. C’est là où nous devons être meilleurs», a expliqué Keefe au quotidien «Toronto Sun».

Tous doivent faire leur part 

Néanmoins, les défenseurs du club estiment qu’il faut en faire plus. Auteur d’un différentiel de -7 et de 39 points en 70 rencontres durant la saison, Tyson Barrie est de cet avis.

«Comme équipe, nous avons regardé certaines statistiques et pourcentages, et on doit mieux faire. Nos chiffres en offensive sont là, a-t-il expliqué. De mon côté, je dois trouver le juste milieu entre l’implication [en territoire adverse] pour créer de l’attaque, fabriquer des jeux, et être responsable dans ma zone en stoppant les jeux de l’autre formation en territoire neutre et en transportant la rondelle.»

«Je crois que mon jeu cadre bien avec ce que l’équipe souhaite faire. Il s’agira de se concentrer un peu plus à freiner l’autre club, ce qui nous permettra d’être parmi ces équipes du premier tiers qui réduisent les occasions de marquer.»