Crédit : Peter Casey-USA TODAY Sports

Impact de Montréal

Henry défend la combativité de son équipe

Publié | Mis à jour

À 48 heures du deuxième match de son équipe dans le tournoi de reprise de la MLS, Thierry Henry a tenu à corriger une interprétation de ses propos au terme de la première rencontre.

Il avait alors déploré le fait que ses hommes n’avaient pas affiché de combativité [NDLR : «fighting spirit»] et que dans telles circonstances, il était difficile d’aller chercher la victoire. 

«L’esprit de combativité n’était pas dans le match ce jour-là [jeudi], mais on est une équipe qui va toujours se battre. Si vous avez regardé tous nos matchs depuis le début de la saison, nous nous battons.»

«Depuis le début de cette saison, on a toujours cet esprit de combativité, mais on ne l’a pas eu sur ce match et j’espère que c’est juste un petit hic.»

Faire avec 

L’Impact affrontera jeudi le Toronto FC, une rencontre qui devait initialement être disputée mercredi soir. Elle a toutefois été déplacée parce que le premier match du TFC avait lui-même été déplacé de vendredi à dimanche et de dimanche à lundi matin en raison de tests de dépistage non concluants qui se sont avérés négatifs.

«Il faut s’adapter à la situation», a simplement mentionné Henry qui peut autant fournir des réponses très élaborées que très courtes.

Dans cet esprit, l’entraîneur-chef du Bleu-Blanc-Noir a été très opaque sur le choix de sa formation partante, même si certains noms ont été évoqués par des collègues.

«Vous aimez lâcher des noms sans savoir si les gars sont prêts physiquement ou s’ils ont des pépins physiques.»

Rivalité 

L’Impact se trouve au dernier rang du groupe C avec une défaite. La Nouvelle-Angleterre est premier avec trois points, pendant que Toronto et D.C. United partagent le deuxième échelon en vertu de leur match nul de lundi.

«C’est toujours mieux de voir que de l’autre côté il y a eu un match nul, mais c’est à nous de prendre des points contre Toronto parce que sinon, le match nul ne sert à rien», a indiqué Henry, qui vivra sa première tranche de la rivalité entre l’Impact et les Reds jeudi.

«Nous sommes au bas du groupe, nous allons nous assurer de ne pas y rester trop longtemps.»

Et pour lui, même si la rencontre est disputée dans un lieu neutre, ça ne fait aucune différence.

«C’est une rivalité, peu importe où l’on joue. C’est un match qu’on ne veut pas perdre et je suis sûr que c’est aussi le cas pour Toronto.»