Canucks c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Ce n'est pas une priorité pour Tatar

Publié | Mis à jour

Le directeur général du Canadien de Montréal Marc Bergevin aura un casse-tête à assembler à la fin de la saison 2020-2021 avec plusieurs joueurs importants qui auront droit à l’autonomie complète.

C’est le cas des trois membres du premier trio de l’équipe, Phillip Danault, Tomas Tatar et Brendan Gallagher, mais aussi de Jeff Petry à la ligne bleue. 

Bergevin pourrait techniquement ouvrir les négociations avec l’un de ses trois attaquants ou avec son défenseur dans l’espoir de conclure rapidement une prolongation de contrat.

Depuis la ratification de la convention collective entre les dirigeants de la LNH et l’Association des joueurs, les directeurs généraux de la LNH ont le loisir d’offrir de nouveaux contrats aux joueurs dont les ententes viendront à échéance à la fin de la saison 2020-2021.

Questionné à ce sujet, Tatar a dit qu’il ne s’agit pas d’une priorité pour lui.

«Pour être honnête, je n’y ai pas trop pensé, a répondu le Slovaque. Avec la pandémie, je me concentre sur d’autres sujets. J’imagine qu’il y aura des discussions, mais sans plus. En ce moment, je me concentre sur notre retour au jeu et notre bataille contre les Penguins [de Pittsburgh].»

À suivre...

Avec le gel du plafond salarial à 81,5 millions $ pour la saison 2020-2021 et une probable très faible augmentation dans le futur, plusieurs équipes de la LNH se retrouveront coincées financièrement. Cette situation ne devrait pas être à l’avantage des futurs joueurs autonomes sans compensation.

«Honnêtement, je n’y ai pas du tout pensé, a répliqué Tatar. Pendant la pandémie, on met toutes ces choses-là de côté, on pense à la santé. La concentration est sur les séries et sur l’équipe. On aura assurément ces discussions, mais en ce moment, j’ai la tête aux séries.

«Je peux toutefois vous dire que j’adore Montréal. Les partisans sont très gentils avec moi, tout comme l’organisation. J’ai beaucoup de plaisir jusqu’ici. C’est un très bon marché. On en saura plus quand les discussions vont commencer.»

À la pause des activités de la LNH le 12 mars, Tatar se retrouvait au sommet des marqueurs du CH avec 61 points (22 buts, 39 aides) en 68 rencontres. Il gagnera 5,3 millions $ la saison prochaine, mais les Golden Knights payeront encore 500 000 $ de cette somme.

Sur la glace depuis longtemps

Tatar a rapidement regagné sa place à l’aile gauche du premier trio au camp du CH en compagnie de Danault et de Gallagher. Il a toujours cru à une éventuelle reprise de l’action dans la LNH.

«Honnêtement, j’avais peut-être une perspective différente. En Slovaquie, nos cas étaient très faibles et la vie est vite revenue à la normale. On a pu patiner. J’étais juste content de revenir. Il y a des réalités différentes selon les pays d’origine des joueurs. On n’a pas joué depuis mars, ça nous manquait.»