Impact de Montréal

Impact: pas d'excuses, mais...

Publié | Mis à jour

Beaucoup d’observateurs s’attendaient à mieux de l’Impact de Montréal que sa performance décevante en ouverture du tournoi «La MLS est de retour», jeudi. 

Ses joueurs sont d’avis qu’il faudra apprendre de ce coûteux revers et carrément retrouver leur identité pour la prochaine rencontre.  

L’entraîneur Thierry Henry a été sans équivoque après la rencontre : son effectif a manqué d’ardeur et de mordant. Si la défense s’est en bien sortie malgré la défaite de 1 à 0 aux mains du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, l’attaque a été anémique, obtenant peu de chances dangereuses et tirant deux fois moins au filet.

«Sur ce match, on ne s’est pas reconnu, a jugé le défenseur Rod Fanni lors d’une conférence vidéo, lundi. On sait qu’on est capable de beaucoup mieux que ça. On a montré beaucoup mieux quand on a repris avant cet épisode de COVID-19.»

Le Bleu-Blanc-Noir avait en effet été en mesure de présenter une bien meilleure opposition au Revolution lors du premier match de la saison en l’emportant 2 à 1 au Stade olympique, le 29 février.

«La chaleur rend les matchs impossibles à jouer»  

Pour le vétéran de 38 ans, il n’est pas question de tout jeter à la poubelle avant d’affronter le Toronto FC jeudi soir. C’est certain qu’un peu de rouille s’est accumulée pendant les quatre derniers mois, mais le chaud soleil d’Orlando tend également à faire quelques victimes.

«Est-ce que ce sont les conditions climatiques? On ne peut pas vraiment se cacher derrière ça ; les conditions sont difficiles pour tout le monde, a rappelé Fanni. Est-ce qu’on a moins su s’adapter? Je ne saurais dire, mais on a semblé moins en jambes qu’on aurait dû l’être et on n’a pas répondu au défi physique de la Nouvelle-Angleterre.»

L’attaquant Maximiliano Urruti a été un poil plus clair : la chaleur rend les matchs impossibles à jouer. L’Argentin connaît pourtant bien le soleil pour avoir joué trois ans au Texas avant de s’amener à Montréal. Cette fois, l’histoire est toute autre.

«C’est impossible de se concentrer à 100 % lors de ce tournoi. Il fait trop chaud, c’est trop humide. Pour moi, c’est un jeu différent. La première demie est un match et la deuxième demie en est un autre. Ça va souvent se terminer 1 à 0 ou 0 à 0», a indiqué Urruti.

Outre le Crew de Columbus, aucun club participant au tournoi n’a été en mesure de marquer plus de deux buts. Pour le meilleur buteur du onze montréalais, il s’agit d’ignorer la chaleur et de se concentrer le plus possible.

Retour à la table à dessin pour Henry d’ici le derby, donc? Ça commencera tout d’abord par de l’analyse vidéo en groupe pour établir les points forts et les points faibles de l’effectif, a indiqué Fanni.

Le match de l’Impact face au Toronto FC sera présenté sur les ondes de la chaîne TVA Sports jeudi, à compter de 20h.