Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

LNH

Quoi faire avec Josh Anderson?

Publié | Mis à jour

Les Blue Jackets de Columbus devront prendre une décision importante en ce qui concerne l’attaquant Josh Anderson, opéré pour une blessure à l’épaule le 2 mars.

À l’écart du jeu depuis qu’il est tombé au combat lors d’un match contre les Sénateurs d’Ottawa le 14 décembre, le hockeyeur n’affrontera pas les Maple Leafs de Toronto au cours de la confrontation 3 de 5 prévue à la reprise des activités de la Ligue nationale de hockey (LNH). 

En fait, sa convalescence devait durer entre quatre et six mois à partir du moment de l’intervention chirurgicale.

Or, les Jackets doivent prévoir le long terme, car ils ne pourront ajouter des joueurs à leur formation des 31 patineurs présents dans la ville-bulle de Toronto en cours de route. 

Si Anderson espère participer aux séries ultérieures, son nom devra être inscrit rapidement sur la liste des hockeyeurs disponibles, peut-être dès lundi.

Ainsi, une telle décision pourrait s’avérer payante si les Jackets se faufilent jusqu’à la finale d’association.

«Peu importe où il en est, nous voulons nous assurer de lui donner les meilleures options de préparation. Il n’a pas à se présenter au camp d’entraînement pour travailler avec les substituts. Ce ne serait pas l’idéal pour lui», a déclaré au site The Athletic le directeur général du club, Jarmo Kekalainen.

Pour Anderson, la campagne 2019-2020 fut cauchemardesque, puisqu’il a été limité à quatre maigres points en 26 sorties.

Pas d’imprévu

Par ailleurs, le DG ne s’attend pas à quelques-uns de ses porte-couleurs déclarent forfait pour le retour au jeu. Ceux souhaitant demeurer à la maison doivent se manifester d’ici lundi.

«Je suis sûr que nous aurions eu des échos s’il y avait un joueur souhaitant agir ainsi, a mentionné Kekalaine. Il n’aurait pas seulement été absent lundi : il nous aurait appelés pour nous dire qu’il est mal à l’aise avec cela.»

Toujours d’après The Athletic, l’entraîneur-chef John Tortorella prévoit former deux groupes d’entraînement. Le premier sera constitué des patineurs réguliers et se retrouvera sur la glace tôt dans la journée. 

Le second, les «black aces», patinera séparément en espérant se tailler une place au sein de l’équipe partante.