Crédit : AFP

F1

Hamilton jusqu'au bout; des points pour Stroll

Publié | Mis à jour

Lewis Hamilton a remis les pendules à l’heure en remportant avec panache le Grand Prix de Styrie, deuxième étape de la saison du Championnat du monde de F1 disputée dimanche au circuit de Spielberg, en Autriche, et au cours de la laquelle le Québécois Lance Stroll s’est classé à une honorable septième place.

Valtteri Bottas, vainqueur de la première course présentée au même endroit la semaine dernière, et le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) ont accompagné le gagnant sur le podium.

De cette course, on retiendra aussi la déconfiture de Ferrari dont l’accrochage au premier tour impliquant ses deux pilotes, Charles Leclerc et Sebastian Vettel, aura mené à leur abandon en lever de rideau.

Brillant deuxième dimanche dernier, le Monégasque est passé de héros à zéro quand il a tenté une manœuvre impossible au troisième virage, heurtant au passage son coéquipier allemand.

Première victoire en sept mois

Après s’être contenté de la quatrième position la semaine dernière, Hamilton savoure sa première victoire depuis le 1er décembre dernier. En raison de la pandémie, le début de la saison a été retardé de près de quatre mois et les neuf premières manches de la saison, tout au moins, ont lieu à huis clos.

«Je dois remercier mon équipe, a déclaré le sextuple champion du monde. C’est une année étrange, mais c’est génial de retrouver la plus haute marche.»

Si Hamilton n’a jamais été inquiété pour remporter la 85e victoire de sa carrière et ainsi orchestrer un autre doublé de l’écurie Mercedes, la fin de course aura été particulièrement animée alors que bon nombre de pilotes ont tenté, certains en vain, d’améliorer leur sort avant que le drapeau à damier ne soit déployé.

Racing Point en forme

Au cœur de ces discussions particulièrement musclées se sont retrouvés les deux Racing Point de Sergio Pérez et de Stroll qui ont rallié l’arrivée aux sixième et septième rangs respectivement, départagés par seulement 66 millièmes de seconde.

Le pilote québécois, parti à la 12e place quand les feux rouges se sont éteints, a certes disputé l’une des meilleures courses de sa carrière qui lui vaut d’inscrire ses six premiers points en 2020.

Sa dernière récolte (deux points) remontait au Grand Prix du Japon, le 13 octobre 2019, quand il a conclu son parcours à la neuvième place.

Blanchi par les commissaires

Au 70e des 71 tours, Stroll, qui s’est retrouvé derrière Daniel Ricciardo (Renault) pendant pratiquement toute la deuxième portion de l’épreuve sans parvenir à le doubler, a tenté une ultime manœuvre pour lui ravir la sixième position.

L’Australien a été déporté à l’extérieur de la piste pour éviter le contact.

La démarche était limite, certes, mais les commissaires ont jugé que le pilote canadien ne méritait pas la pénalité de cinq secondes qui aurait pu lui être imposée. Ricciardo aura terminé derrière lui à la huitième place.

Perez est le pilote du jour

Pérez, lui, a été couronné le pilote du jour, non sans raison. Après une séance de qualifications frustrante la veille, sous la pluie, le vétéran mexicain a effectué une brillante remontée de la 17e position sur la grille de départ jusqu’au sixième rang au finish.

La quatrième position, alors détenue par Alex Albon (Red Bull), était à sa portée, mais, à deux tours de la fin il s’est accroché avec le Thaïlandais, endommageant l’aileron avant de sa monoplace.

Dès lors, c’est de peine et de misère que Pérez va conclure son parcours prometteur, concédant néanmoins la cinquième place à Lando Norris (McLaren) au tout dernier virage de la course.

Le Britannique, le plus jeune du plateau à 20 ans, aurait pu, lui aussi, se voir décerner la mention de «pilote du jour». Le voilà maintenant installé au troisième rang du classement cumulatif derrière Hamilton et Bottas.