SPO-ENTRAINEMENT DE FOOTBALL DES STINGERS DE CONCORDIA

Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL / AGENCE QMI

Football universitaire RSEQ

Ça bourdonne déjà depuis un mois à Concordia

Publié | Mis à jour

Dès qu’il en a eu l’occasion, l’entraîneur-chef des Stingers de Concordia, Brad Collinson, a choisi de ramener ses joueurs sur le terrain de football.

«La première raison qui explique pourquoi nous voulions retourner sur le terrain, c’est pour la santé mentale des gars, a-t-il indiqué lors d’un entretien téléphonique. Nous faisions des rencontres sur Zoom comme tout le monde, mais dès que les gars se sont vus en vrai, nous avons senti que leur moral s’est vraiment amélioré. Ils étaient contents de se voir.» 

«Ça fait un mois que nous sommes de retour sur le terrain et qu’on s’entraîne, a-t-il ajouté. À date, ça va très bien.»

«Comme nous utilisons tout le terrain, nous amenons tout le monde. Nous respectons la distanciation sociale. Nous demandons aux joueurs d’être plus loin que deux mètres, nous leur demandons d’être à cinq verges de distance.»

Quand il mentionne «tout le monde», Collinson parle d’une cinquantaine de footballeurs. Il reste encore plusieurs étudiants-athlètes qui ne sont pas encore revenus dans la région métropolitaine.

Et si... 

Les Stingers ont donc retrouvé un semblant de normalité, même s’il n’y a absolument rien de certain pour la saison 2020.

En effet, les trois autres divisions canadiennes ont décidé de ne pas tenir de saison cette année et U Sports a annulé les éliminatoires nationales. De son côté, le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) n’a pas encore choisi s’il y aura une campagne ou non.

«Nous nous préparons comme s’il y allait avoir une saison», a d’abord dit Collinson.

«J’y pense un peu, même si je ne veux pas être négatif, a-t-il ensuite exprimé, en parlant d’une possible annulation. Il faut cependant être prêt si jamais cela se produit.»

Si jamais la saison passe dans le tordeur, Collinson espère que la santé publique et le RESQ permettront tout de même aux équipes de tenir des exercices.

«Si nous avons le droit de nous entraîner, ce sera énorme pour notre club de poursuivre les entraînements et de continuer de nous améliorer.»

«Nous visons une saison, mais on a un plan B que nous espérons ne pas utiliser», a conclu Collinson