Impact de Montréal

«Il n’y a rien de parfait»

Publié | Mis à jour

La MLS reprend ses activités avec son tournoi de retour au jeu tenu à Orlando, ce soir, dans un contexte où une certaine inquiétude règne.

Après tout, la Floride est durement touchée par la COVID-19 depuis environ deux semaines et deux clubs, le FC Dallas et le Nashville SC, n’ont pas été épargnés par le virus. Dallas a dû abandonner le tournoi alors que Nashville a vu ses débuts repoussés.  

Toutefois, il semblerait que l’essentiel des cas répertoriés depuis l’arrivée des équipes de la ligue à Orlando soit concentré dans ces deux clubs. C’est pourquoi le tournoi va de l’avant et c’est pourquoi le président de l’Impact de Montréal, Kevin Gilmore, affichait une prudente sérénité, mercredi matin, en entrevue à LCN.

«C'est une situation qui est toujours fluide, a-t-il souligné. On s'est présentés là avec une équipe qui a pris les consignes au sérieux, dans une province, dans un pays où on a pris ça très au sérieux, mais il y a des éclosions dans quelques villes aux États-Unis, comme Dallas. Il y a des joueurs qui se sont présentés là, les infections existaient déjà à leur arrivée et c'est pour cette raison qu'il y a une propagation parmi leur club.»

«Je suis optimiste du fait qu'outre les cas de Dallas et Nashville, ça semble être sous contrôle, a-t-il également précisé. Il n'y a rien de parfait, on n'est pas dans une situation où on peut dire avec certitude que les choses vont arriver comme on les planifie.»

Pendant que certains se demandent si le tournoi doit avoir lieu, le président de l’Impact choisit de faire confiance à la ligue.

«On s'attend à ce que la "bulle", comme on l'appelle, soit vraiment capable de garder les choses stables et que le tournoi se complète», a-t-il expliqué.

«On prend toutes les mesures nécessaires pour s'assurer de la sécurité des joueurs et du personnel qui est là, a ajouté M. Gilmore. On espère que les mesures qui sont prises, le protocole en place, vont protéger tout le monde et nous permettre d'avoir un tournoi (...) qui va avoir du succès et nous permettre de revenir aux marchés, on espère, avec des matchs à domicile soit à huis clos, ou avec des partisans, pour vraiment être capables de terminer la saison 2020.»

Il est d’ailleurs convaincu que le tournoi générera sa part d’intérêt auprès des amateurs de sport nord-américains.

«J'ai hâte au match de demain, mais j'ai aussi hâte au match d'ouverture de ce soir (entre Orlando et Miami), que je vais regarder avec beaucoup d'intérêt, a-t-il admis. Parce que ça fait depuis la mi-mars qu'on n’a rien. Ça nous manque. C'est quelque chose qu'on prend tous à coeur, le sport, le divertissement, donc finalement, avec la certitude des matchs qui s'en viennent, je pense qu'on va avoir un très haut niveau d'intérêt.»

Par ailleurs, il a tenu à rassurer ceux qui s’inquiètent des conditions de vie des joueurs qui sont confinés dans un hôtel, loin de leur famille, tout en tentant d’éviter d’attraper un virus hautement contagieux qui peut parfois rendre très malade.

«Il y a des lieux où les joueurs peuvent se tenir ensemble, non seulement pour manger, mais pour se divertir, a-t-il assuré. Donc tout a été pensé pour créer, vraiment, une bulle, mais quelque chose qui n'est pas une quarantaine où on est pris dans notre chambre pour une période étendue, parce que demander aux joueurs de rester dans un lieu pour 30 à 45 jours, sans leur permettre de se promener et d'être ensemble, ce serait presque impossible.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.