Crédit : Handout Photo-USA TODAY NETWORK

MLS

Tout ce qu'il faut savoir sur le tournoi de la MLS

Publié | Mis à jour

C’est dans l’incertitude que s’amorcera mercredi le tournoi de relance de la Major League Soccer à Orlando puisque le FC Dallas s’est fait montrer la porte.

L’équipe du Texas a été lourdement affectée par la COVID-19 avec 10 joueurs et un membre du personnel technique qui ont été infectés.   

La situation est à ce point inquiétante que le meilleur marqueur de la MLS en 2019, Carlos Vela, du Los Angeles FC, a décidé de ne pas se rendre en Floride pour plutôt rester auprès de sa conjointe qui attend un enfant.

C’est un dur coup pour LAFC, qui faisait partie des favoris pour remporter cette compétition qui épouse les contours d’une mini Coupe du monde.

Dans la bulle    

Ce tournoi va se dérouler au complexe sportif ESPN Wide World of Sports, situé sur les terrains de Disney, au sud d’Orlando.

Les équipes sont toutes hébergées dans un hôtel qui est en quelque sorte la bulle de sécurité de l’événement, même si les employés de Disney peuvent rentrer à la maison à la fin de leur quart de travail.

Les joueurs de toutes les équipes ont dû passer par une période de quarantaine après avoir subi un test à leur arrivée sur place.

Pour ce qui est des matchs, ils seront disputés à huis clos, à l’exception de quelques membres des médias, du personnel de production télévisuelle et des divers employés de la MLS qui sont nécessaires aux opérations pour les rencontres.

Favoris    

N’empêche, on assistera à 54 matchs à compter de mercredi et ça se terminera le 11 août avec la finale.

Outre le LAFC, qui a vu ses chances encaisser un coup dur avec le retrait de Carlos Vela, il y a quelques clubs favoris qui se profilent.

Le New York City FC doit être pris au sérieux, tout comme les Sounders de Seattle et le Galaxy de Los Angeles.

Mais c’est le type de compétition dans lequel une équipe peut prendre tout le monde par surprise en ayant une séquence gagnante.

Groupes serrés    

Parmi les six groupes, il y en a qui sont plus serrés que d’autres.

Le groupe C, dans lequel se retrouve l’Impact, est possiblement le plus intéressant avec une chaude lutte qui va se dessiner entre le Bleu-blanc-noir, le Toronto FC, D.C. United et le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Pas de doute, le moindre faux pas sera fatal dans ce groupe où la marge de manœuvre sera limitée.

Le groupe D, avec le Real Salt Lake, le Sporting de Kansas City, les Rapids du Colorado et le Minnesota United sera lui aussi très intéressant à suivre puisque toutes ces équipes peuvent aspirer à passer au prochain tour.

On doit aussi ajouter le groupe F avec LAFC, le Galaxy de Los Angeles, le Dynamo de Houston et les Timbers de Portland. Là encore, c’est un groupe où la marge de manœuvre est bien mince et où un mauvais match fera mal.

La suite    

Dans la planification de la MLS, ce tournoi doit relancer la saison. Ainsi, les matchs de groupe seront comptabilisés dans le classement de la saison. Toutefois, on doit se demander s’il y aura bel et bien une suite à cette compétition en 2020.

En effet, avec la hausse des cas de COVID-19 aux États-Unis et la frontière qui est toujours fermée entre le Canada et la terre de Donald Trump, ça complique les choses.

Les amateurs de soccer doivent donc en profiter pendant que ça passe parce qu’il est loin d’être assuré que ça sera suivi d’une saison, comme l’espère la MLS.

GROUPE A    

Il s’agit du seul groupe de six équipes et la compétition sera féroce pour en sortir.

Orlando

En tant qu’hôte du tournoi, Orlando espère faire bonne figure, ce que le club de la Floride centrale a eu bien du mal à faire depuis son accession à la MLS, malgré de belles ambitions.

Orlando mise sur l’arrivage de plusieurs joueurs sud-américains, ce qui promet un foot intéressant, même si l’équipe est toujours en développement.

Pourtant, les Lions ont de belles munitions avec Dom Dwyer, Nani et l’émergence du jeune Chris Mueller. Bien malin celui qui saurait dire comment les Lions vont se comporter, puisqu’ils sont imprévisibles. Le premier match contre Miami, une première entre ces deux équipes, pourrait être révélateur.

Miami

Il est bien difficile de se faire une tête sur cette équipe qui n’a joué que deux matchs dans toute son histoire et qui n’a pas encore joué à domicile.

C’est une formation très unie, au sein de laquelle règne une sorte d’esprit de famille très fort. Cela dit, les deux premières prestations de l’année avaient quelque chose d’encourageant. Surtout la seconde, malgré la perte d’une avance de 1 à 0 dans une défaite de 2 à 1 contre le D.C. United. Dans ce cas aussi, le premier match sera sans doute important pour la suite des choses, surtout dans un groupe aussi chargé.

New York City FC

Même si NYCFC a remplacé l’entraîneur-chef Domènec Torrent par Ronny Deila, le reste de l’équipe qui a terminé au premier rang de l’Association Est en 2019 est pratiquement de retour.

D’une certaine façon, ce tournoi permettra à Deila de faire des tests après avoir eu des mois pour étudier son équipe et ses adversaires. Il ne faut donc pas trop se fier aux deux défaites en début de saison qui sont survenues au moment où l’équipe composait avec un nouvel entraîneur en plus de jouer en Ligue des champions.

Ce club regorge de talent et pourrait donner le ton dès le départ avec un premier match contre Philadelphie qui ne sera pas de la tarte.

Philadelphie

La grande force de l’Union est sa stabilité. On n’a qu’à regarder l’entraîneur Jim Curtin pour en saisir toute l’importance. Celui-ci en est à une septième saison à la barre de l’équipe, ce qui est plutôt rare en MLS et même dans le soccer en général. Dans un tournoi comme celui-ci, il est essentiel de compter sur un bon gardien, et ça tombe bien, Philadelphie a possiblement le meilleur de la Ligue en Andre Blake. Du moins, celui-ci figure avantageusement dans le top 5 de la MLS. On parle ici d’une équipe jeune, en pleine montée, qui a des atouts intéressants quand il est question d’un tournoi plutôt que d’une saison complète.

Chicago

C’est une saison de renouveau pour le Fire, qui a changé de stade et d’entraîneur. Raphael Wicky pourra enfin donner un aperçu des changements apportés dans ce tournoi. Malgré un seul point sur une possibilité de six en deux matchs cette saison, le Fire a offert des prestations encourageantes qui lui permettent de croire qu’il pourrait brouiller les cartes dans ce groupe.

Nashville

Comme il s’agit d’une équipe d’expansion, comme Miami, ce tournoi pourrait permettre à Nashville de poser un premier diagnostic sur sa progression. On ne s’attend pas à le voir remporter le tournoi, mais une surprise n’est pas hors de question, surtout qu’au moins trois équipes sur six passeront au tour suivant.

Qui sait si Nashville ne causera pas une surprise d’entrée de jeu contre Chicago?

GROUPE B    

Il s’agit d’un groupe dans lequel deux équipes sont nettement supérieures à la troisième.

Seattle

Les Sounders sont champions de la dernière Coupe MLS. Cette équipe n’a pas de faiblesse évidente ; avec un solide gardien, une bonne défensive, un milieu de terrain efficace et une attaque équilibrée, avec Nicolas Lodeiro, Jordan Morris et Raul Ruidiaz. Ils sont les favoris du groupe. Avec le retrait du FC Dallas, l’équipe de l’État de Washington est pratiquement assurée de passer à la phase éliminatoire.

Vancouver

On est à l’an deux de l’ère Marc Dos Santos et de ce qu’il est en train d’établir. Cette équipe est toujours en reconstruction, mais elle est aussi en progression.

Le jeune gardien québécois Maxime Crépeau veut profiter de ce tournoi pour prouver sa valeur comme numéro un après une saison étonnante, l’an passé, dans des conditions difficiles.

Les Whitecaps vont se battre avec les Quakes pour obtenir la deuxième place du groupe qui va donner accès à la phase finale. Une chose est sûre, c’est une belle occasion pour cette équipe passablement jeune d’amasser une tonne d’expérience rapidement.

San Jose

Cette équipe est difficile à saisir. Elle est capable du meilleur comme du pire alors que Matias Almeyda tente encore d’implanter sa philosophie. On se demande qui sont les vrais Quakes. Ceux qui sont revenus de deux buts pour arracher un match nul à Toronto en lever de rideau cette année, ou ceux qui se sont écroulés 5 à 2 contre le Minnesota à domicile une semaine plus tard? On aura peut-être un début de réponse dans les matchs du tour préliminaire. Est-ce que les Quakes seront en mesure de trouver leur erre d’aller pour doubler les Whitecaps au second rang du groupe ?

Dallas

Retiré du tournoi

GROUPE C    

Ce groupe est possiblement le plus serré de tous, le proverbial groupe de la mort, s’il y en a un dans ce tournoi. Les quatre équipes peuvent espérer atteindre le second tour.

Toronto

Le premier favori qui vient en tête est évidemment le Toronto FC, finaliste de la dernière Coupe MLS. La formation de Greg Vanney a de la profondeur et peu de faiblesses, si ce n’est une défensive parfois permissive. Disons que ce n’est pas le genre d’équipe que l’on veut affronter en formule tournoi puisqu’elle est capable d’enchaîner les bonnes performances. On attend déjà avec impatience l’affrontement contre l’Impact, qui sera un nouveau chapitre dans cette guerre que se livrent ces deux équipes.

Nouvelle-Angleterre

Depuis l’arrivée de Bruce Arena à la barre du Revolution, cette équipe est métamorphosée.

Solides sur le plan défensif, les «Revs» ont aussi beaucoup de mordant offensif avec Gustavo Bou, Carles Gil et Cristian Penilla, qui peuvent donner de sérieux maux de tête à tous les gardiens de la ligue. Dans n’importe quel autre groupe, on se dirait que le Revolution a d’excellentes chances de progresser, mais dans celui-ci, c’est loin d’être gagné. Mais fiez-vous au bon vieux Bruce Arena pour trouver une façon de tirer le meilleur de son équipe.

Montréal

L’entrée en scène de Thierry Henry a été plus qu’intéressante avec une seule défaite en cinq rencontres, en incluant les matchs de la Ligue des champions et de la MLS. Les nombreux blessés du début de la saison sont désormais en santé à la suite de la très longue pause imposée par la pandémie. Ne manquera que Steeven Saba, qui a une fracture du pied.

L’Impact a tous les éléments pour se battre de façon très serrée dans ce groupe coupe-gorge. La question est de savoir quel schéma Henry adoptera. Ce qu’on sait, c’est qu’il veut que son équipe contrôle le ballon.

D.C. United

Cette équipe présente plusieurs points d’interrogation, surtout en raison du nombre de nouveaux venus. On compte parmi ceux-ci Julian Gressel, un ailier de talent qui s’est imposé à Atlanta, et Federico Higuain, un vieux renard en milieu de terrain. Le talent est indéniable, cette équipe est surtout à la recherche de cohésion afin de cimenter un alignement qui a un joli potentiel. Personne ne sera surpris si D.C. se taille une place en huitièmes de finale, mais pour ça, il faudra que l’attaque trouve son élan.

GROUPE D    

Ce groupe est possiblement le plus uniforme, et toutes les équipes ont une chance plus que légitime de s’en extirper.

Salt Lake

Dans le cas de Real Salt Lake, tout est une question de trouver un moteur offensif, ce qui n’a pas été le cas en début d’année. Sur le plan défensif, on n’entrevoit pas de problème, même si le bon vieux Nick Rimando a pris sa retraite des filets. RSL a la qualité défensive pour se frayer un chemin dans un groupe qui sera justement dominé par le jeu défensif.

Kansas City

Le Sporting est une figure de proue de l’Association Ouest avec des performances très égales depuis une dizaine d’années. L’acquisition d’Alan Pulido et de Gadi Kinda pendant la saison morte a donné du punch offensif à une équipe qui se démarquait d’abord par son jeu défensif.

Si le jeu défensif reste à son sommet et que l’attaque continue de fonctionner, le Sporting pourrait se rendre à la dernière semaine de ce tournoi.

Colorado

Les Rapids manquent cruellement de constance depuis plusieurs années, mais la seconde année de Robin Fraser à la barre de l’équipe s’annonçait prometteuse avant l’interruption. D’abord, le Colorado a du mordant offensif avec le vétéran Kei Kamara et la recrue de l’année en 2019, Andre Shinyashiki. Younes Namli ne doit pas non plus être ignoré dans l’équation. Pour les Rapids, tout va dépendre de leur solidité défensive parce qu’autrement, c’est une équipe qui a les munitions pour causer des surprises.

Minnesota

Cette équipe est en pleine ascension depuis son accession à la MLS. Les Loons comptent sur un savant mélange d’expérience et de jeunesse sous la gouverne d’Adrian Heath et jouent la contre-attaque à la perfection. L’attaque a de la qualité, mais il y a un os, l’arrière Ike Opara ne s’est pas rendu en Floride en raison d’une blessure qui n’a pas été dévoilée. C’est un trou assez important dans la brigade défensive qui pourrait faire mal dans un groupe où la défensive sera la clé.

GROUPE E    

Voici un groupe où trois équipes vont se battre pour obtenir les deux places qui assurent le passage à la phase éliminatoire.

Atlanta

Parmi ces quatre formations, Atlanta part avec une longueur d’avance. L’équipe de la Géorgie n’a pas de faiblesse, peut marquer des buts à profusion et défendre son territoire efficacement.

Mais il ne faudrait pas non plus tomber dans la complaisance et croire que la qualification pour le prochain tour est assurée.

Cincinnati

L’équipe de deuxième année risque de faire office de figurante dans ce groupe où la compétition semble tout simplement trop forte. Qui plus est, un tout nouvel entraîneur-chef, Jaap Stam, vient tout juste de prendre la direction de l’équipe. Il participera au tournoi sans avoir pu diriger un seul match. Et comme si ce n’était pas assez, Cincinnati a perdu ses deux premiers matchs de la saison contre Atlanta et les Red Bulls, qui sont tous deux dans ce groupe. Aussi bien dire que les carottes sont cuites et que la phase préliminaire sera une préparation pour une éventuelle reprise du calendrier régulier.

New York Red Bulls

On peut dire que les «Taureaux» vivent une année de transition avec le départ de noms comme Luis Robles, Bradley Wright-Phillips et Kemar Lawrence. Néanmoins, il reste de bons éléments à l’attaque, à commencer par Daniel Royer, qui possède un assez fort sens du but. C’est toutefois une équipe qui s’est passablement rajeunie et qui pourrait en profiter en raison des matchs rapprochés, ou en souffrir à cause d’un manque d’expérience. Le jeu à pression élevée sera difficile pour l’adversaire dans la chaleur suffocante de la Floride, mais pour les Red Bulls aussi. On verra qui en sortira gagnant.

Columbus

Le Crew amorce le tournoi avec un joueur atteint de la COVID-19, ce n’est pas idéal comme distraction.

Mais l’équipe de l’Ohio possède beaucoup de talent, notamment avec l’acquisition du milieu de terrain argentin Lucas Zelarayan. Le principal avantage du Crew, c’est sa grande profondeur à pratiquement toutes les positions, ce qui est un atout majeur en formule tournoi. Le Crew a l’occasion de lancer un message fort à toute la ligue et il ne voudra pas la rater.

GROUPE F    

Sur papier, il s’agit d’un groupe chaudement disputé avec les deux équipes de Los Angeles comme légèrement favorites.

Los Angeles FC

Le Los Angeles FC devra vraisemblablement se débrouiller sans le meilleur marqueur de la MLS la saison dernière, Carlos Vela, qui préfère rester avec son épouse enceinte. L’absence de Vela connue, cette équipe est forte à toutes les positions, alors si quelqu’un peut prendre la relève pour marquer, les hommes en noir et or seront du second tour. De grand favori, le LAFC passe à simple favori. Ce n’est pas si mal.

Los Angeles Galaxy

Le grand rival du LAFC va lui aussi devoir se débrouiller sans une de ses vedettes, soit Jonathan Dos Santos, qui a subi une chirurgie en raison d’une hernie sportive.

Le Galaxy peut toutefois compter sur Chicharito pour faire trembler les défenses adverses. Cette équipe a amorcé la saison 2020 bien timidement et ce tournoi est une occasion en or de prouver que ce n’était qu’un mauvais départ et pas une tendance. Si le Galaxy parvient à aligner deux ou trois bonnes prestations dans le tournoi à la ronde, on pourrait avoir des surprises.

Houston

À vue de nez, le Dynamo ne semble pas avoir de chance contre ses trois rivaux, mais ne le tenez pas pour éliminé avant même le début de la compétition. Cette équipe doit apprivoiser la constance pour avoir du succès et disputer trois matchs en moins de deux semaines dans un tournoi à la ronde est une bien belle façon de la trouver. Il faut aussi tenir compte du fait que Tab Ramos en est à ses premiers pas comme entraîneur dans la MLS. C’est un poste qui s’apprend sur une certaine période de temps. Considérant les adversaires, le Dynamo va nettement mieux se connaître après la phase de groupe.

Portland

Diego Valeri est la clé de cette équipe, même s’il n’a pas peut-être plus le même ascendant sur un match qu’il y a quelques années. Au-delà de Valeri, l’équipe a du talent et de la hargne pour s’affirmer dans une telle compétition. Mais d’un point de vue tout à fait réaliste, les Timbers vont probablement devoir tout faire pour être l’une des meilleures équipes de troisième place pour espérer prolonger leur tournoi.

 La chaîne TVA Sports diffusera plusieurs rencontres du tournoi de la MLS. Voici un aperçu des matchs au programme cette semaine: