Crédit : AFP

LNH

La LNH s’approche du but

Publié | Mis à jour

La Ligue nationale de hockey (LNH) et l’Association des joueurs auraient trouvé un terrain d’entente concernant le protocole des phases 3 et 4 de la reprise des activités, et continueraient de plancher sur les paramètres de leur prochaine convention collective.

C’est ce qu’ont rapporté diverses sources, dont la chaîne Sportsnet, dimanche soir. Ainsi, les deux parties poursuivent les progrès en prévision d’une issue permettant la tenue de matchs cet été.      

Le contrat de travail et les grandes lignes du protocole de retour au jeu devront être approuvés par le comité exécutif du syndicat. Le vote des membres aura lieu une fois que l’entente aura été conclue entre la ligue et l’Association. Les gouverneurs du circuit Bettman auront également à se prononcer sur le tout.

Malgré tout, rien n’est gagné. Effectivement, un plan de résiliation du calendrier d’après-saison est prévu dans l’éventualité où la COVID-19 empêcherait la reprise du jeu.

«À tout moment, avant le début ou durant la phase 3, où une des deux parties croit que les conditions pourraient représenter un risque à la santé et la sécurité des joueurs, et mettre en péril l’intégrité de la compétition, (...) elle pourra aviser l’autre immédiatement. Elles devront ensuite consulter le médecin en chef de la ligue, l’expert médical du syndicat, les hockeyeurs participants, les directeurs généraux et des experts en maladies infectieuses. (...) Par la suite, le commissaire (Gary Bettman), après discussion avec le directeur exécutif de l’Association (Donald Fehr), pourra décider s’il met en pause, reporte ou annule la phase 3», d’après le protocole qu’a obtenu Sportsnet.

Des exemptions  

Selon le journaliste de TVA Sports, Renaud Lavoie, un joueur qui ne souhaite pas participer au camp d’entraînement ni jouer en séries devra l’indiquer à sa formation d’ici 17h, ce mardi (7 juillet). 

Aucune suspension ou pénalité ne seront imposées aux joueurs qui décident de demeurer à la maison.

De plus, en ce qui a trait au camp d’entraînement, les équipes peuvent avoir un maximum de 30 patineurs, mais un nombre illimité de gardiens.

Au total, un maximum de 52 personnes par équipe, par ville centre sera permis. Le maximum de joueurs est fixé à 31, tandis qu'il devra y avoir un minimum de trois entraîneurs par formation.   

En revanche, à cause de la tenue de votes à l’horaire, il se peut que cette échéance soit repoussée.

L’entente mentionnerait qu’à la phase 4, «les individus quittant... sans permission pourront faire l’objet de conséquences comprenant l’exclusion». Aussi, les équipes violant les règles en vigueur seront susceptibles d’écoper de pénalités sévères, dont une amende et la perte de choix de repêchage.

Consentement 

Par ailleurs, les clubs devront obtenir le consentement de la ligue – qui aura consulté le syndicat – avant de dévoiler publiquement le nom de joueurs infectés à la COVID-19 ou aux prises avec des symptômes du coronavirus lors des phases 3 et 4.

Au cours de la phase 4, les familles dont le père se trouve à l’extérieur pour jouer dans la LNH obtiendront de l’aide. Le personnel de l’équipe concernée pourra contribuer à la livraison à domicile de paniers d’épicerie. Dans la «bulle», les formations de la LNH ne mettront pas en place un code vestimentaire aux joueurs.

Pour ce qui est des entraîneurs, la ligue ne leur imposerait pas le port du masque sur le banc. Chaque organisation pourra dépêcher à l’intérieur de la «bulle» un responsable de la création du contenu web et des réseaux sociaux pour son site internet.

Quant aux considérations financières, d’après ce qu’avait révélé TSN il y a quelques jours, la LNH offrirait des bonis totalisant 32 millions $, soit le double de la somme initialement prévue, aux joueurs prenant part aux parties qui pourraient s’amorcer le 1er août.