Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Impact de Montréal

Restructuration importante chez l’Impact

Publié | Mis à jour

L’Impact a procédé à plusieurs mises à pied temporaires et permanentes, vendredi, une vague de compressions qui a emporté le directeur de l’Académie, Philippe Eullaffroy.

Le club a évoqué des baisses de revenus provoquées par la crise de la COVID-19 pour expliquer les mises à pied, dont le nombre n’a pas été précisé, qui touchent divers secteurs au sein du club propriété de Joey Saputo.

Contacté par Le Journal de Montréal, Eullaffroy a préféré attendre quelques jours avant de commenter son licenciement. Il était évidemment sonné et plongé dans l’incompréhension.

Eullaffroy a littéralement donné naissance à l’Académie de l’Impact puisqu’il en est le directeur depuis ses débuts, en 2010. Son départ laisse un trou béant au sein de la structure de formation du Bleu-blanc-noir. Sans Eullaffroy, l’Impact pourrait perdre un peu de son identité.

Philippe Eullaffroy, 53 ans, a mis en évidence ses qualités de formateur pendant son passage à l’Académie.

Sous l’égide du Français d’origine, les équipes de formation de l’Impact ont toujours figuré parmi les meilleures dans la ligue américaine dont elles font partie. De nombreux jeunes qui ont poussé sous sa direction ont signé avec l’équipe professionnelle.

C’est notamment le cas de Keesian Ferdinand et de Tomas Giraldo, deux adolescents qui ont récemment signé un premier contrat professionnel.

C’est aussi le cas de Ballou Tabla, qui est de retour avec l’Impact, mais qui a tout de même été vendu au FC Barcelone pour plus d’un million de dollars il y a deux ans.

Solutions

Même si la pandémie a sans doute le dos un peu large, il est compréhensible qu’en des temps difficiles, les clubs doivent prendre des décisions financières. Mais le congédiement de Philippe Eullaffroy est incroyablement étonnant. Il devait y avoir d’autres solutions possibles.

Il aurait certainement été possible de restructurer son contrat pendant une certaine période de temps afin de passer au travers du pire de la crise.

On ne sait toujours pas qui sera son successeur, mais cette personne aura de grandes chaussures à enfiler.