Impact de Montréal

«C'est sûr qu'il y a de petites craintes» - Samuel Piette

Publié | Mis à jour

Le milieu de terrain de l’Impact Samuel Piette ne s’en cache pas : se rendre à Orlando pour participer au tournoi «MLS is back» n’est pas sans l’effrayer un peu alors que la pandémie de COVID-19 frappe fort, ces jours-ci, en Floride. 

Le Québécois restait néanmoins calme devant la situation, jeudi, peu avant le départ de l’équipe. Piette a choisi de faire confiance aux mesures de sécurité mises en place par la MLS, qui impliquent notamment de garder les joueurs dans une «bulle» et de procéder à nombreux tests pour identifier et isoler rapidement ceux qui pourraient attraper la maladie.

«Évidemment, il y a quelques craintes, ce n'est pas la meilleure place au monde où aller jouer, mais je pense que les mesures sanitaires sont prises là-bas pour que les joueurs soient en sécurité, qu'on puisse performer et qu'on se sente pas trop à risque», a-t-il souligné, en entrevue à LCN.

«C'est sûr qu'il y a de petites craintes, mais je pense qu'on est bien entourés pour faire en sorte qu'on n'attrape pas ce virus-là», a-t-il ensuite réitéré.

Ce qui est également déplaisant, pour Piette, est qu’il doit quitter pour quelques semaines, au minimum, alors que sa conjointe est enceinte.

«Partir dans le dernier trimestre, comme ça, alors qu'il y a encore des préparatifs à faire à la maison, ce n'est pas le moment idéal, mais pour moi, l'important c'est d'être de retour à la naissance, a-t-il expliqué. Le bébé est dû pour le 8 septembre, donc je vais revenir à temps pour ça.»

Quant au tournoi comme tel, il sera forcément étrange pour les joueurs de s’exécuter sans partisans dans les estrades pour les soutenir, 

«Ça va être très particulier, a admis Piette. Pour nous, les joueurs, on a besoin d'avoir de l'ambiance avec les partisans dans les stades et tout ça, chose qu'on n'aura pas là-bas, mais je pense que tout le monde a tellement hâte de retrouver le terrain et la compétition qu'on ne va pas trop penser aux partisans qui ne sont pas présents.»

«Pour le premier match, ça va être assez spécial, mais rendu au deuxième ou au troisième, on va être assez habitués.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.